Algerie: Un avenir très sombre, peu importe le prochain leader

Peu importe qui sera au pouvoir, des réformes très douloureuses seront notre pain quotidien dans le future le plus proche. Ceci n’est pas une spéculation, mais une vérité et une réalité amère.

“Shale oil production in the US is still in its early stages, and its full potential remains uncertain, but development is happening at a faster pace than shale gas. Preliminary estimates for 2020 range from 5-15 million barrels per day with a production breakeven price as low as $44-68 per barrel depending upon the fields. By the 2020, the US could emerge as a major energy exporter.” The Global Trends 2030 page 35-36

Je ne suis pas un alarmiste d’habitude, mais les alarmes en Algérie doivent être données.

Selon les perspectives économique de 2012 du FMI, l’Algérie doit avoir le coût du baril de pétrole entre $100 à $120 pour pouvoir équilibrer et balancer les dépenses fiscales et budgétaires–c.a.d: pas de déficit et ni de dette publique. En 2011, l’Algérie a enregistré le 2ème plus gros déficit budgétaire des pays producteurs de pétrole au Moyen-Orient et l’Afrique du Nord avec un déficit égale à 3,6% du PIB–c.a.d: 6.8 milliards de dollars. En 2012, elle a enregistré une dette publique relative au PIB de 8,80%–c.a.d: 16.62 milliards de dollars–avec une croissance économique relativement faible de 2.6%. Il faut noter, au passage, que la croissance économique en Algérie est très largement dépendante des exportations du pétrole et du gaz naturel.

L’Algérie se dirige vers une crise budgétaire d’une magnitude et d’une gravité dont le peuple n’ai jamais vu pareille. Le pétrole, le gaz naturel et les produits pétroliers représentent 97% des exportations de l’Algérie. Les hydrocarbures ont longtemps été l’épine dorsale de l’économie Algérienne, et en 2012, le pétrole et le gaz naturel représentaient environ 60% des recettes budgétaires et 44% du PIB. Si l’Algérie ne diversifierait pas son économie d’une manière très brutale et rapide dans les 10 à 15 prochaines années, le pays se dirigera littéralement vers des troubles sociaux gigantesques et le collapse total du système politique.

Pourquoi?

C’est très simple: Les USA commencent déjà a diminuer drastiquement leur importations de gaz naturel (les USA seront totalement indépendant en gaz naturel en 2020), et pour ce qui est du pétrole, ils seront indépendant des importations, et même exportateurs entre l’an 2025-30. Quand les USA entreront le marché du gaz naturel comme exportateur en 2020 (et par la suite, le marché du pétrole en 2035), les prix de ces 2 produits vont chuter et d’une manière drastique. Non seulement le plus grand consommateur de pétrole au monde n’est plus un importateur de pétrole et de gaz naturel, mais il les exporte en plus. Cela représentera un choc énorme dans les marchés du gaz naturel et du pétrole. Certains économistes ont estimé un swing de $45 à $55 dans le prix du baril. Ceci veut dire une baisse drastique du PIB Algérien, une croissance économique négative, autrement dit une récession, et une baisse d’environs 40% des recettes budgétaires. C’est une catastrophe pour le pays. L’heure du réveil pour l’Algérie est maintenant parce qu’il ne reste plus beaucoup de temps.

Screen shot 2013-05-18 at 6.35.31 PM

A tout casser, l’Algérie a une fenêtre d’opportunité de 10 à 15 années au plus pour agir durant laquelle il faut mettre en place des réformes sérieuses et radicales du système économique entier, et il faut commencer dès maintenant. Si de sérieuses réformes ne sont pas engagées dans les 10-15 prochaines années, l’avenir, pour  l’Algérie, sera d’une laideur absolu.

L’Algérie doit réformer radicalement son système bancaire. Elle doit totalement restructurer son système fiscal (perception de l’impôt, collection d’impôt et sa redistribution). Tous les programmes de prestations sociales doivent être totalement revus (retraire, santé, couverture sociale, prestations familiales, le coût du travail, prestation de chomage, logement social, les prestations de Moudjahideene, de fils de Chouhada, et des veuves de Moudjahideenes etc). Certains de ces programmes de prestations sociales doivent complètement être éliminés, d’autres pourraient être renforcés. Il faut éliminer toutes les subventions dans presque tous les secteurs à l’exception des programmes d’éducation, et de santé des enfants, et certains produits de base. Il faut réduire le budget de la défense, fermer et consolider des bases militaires, réduire l’effectif de l’armée, arrêter complètement tous les nouveaux contrats d’armement. Et surtout, il faut ouvrir le marché Algérien et abandonner la règle des 51% parce que le gouvernement Algérien sera forcé de l’abandonner un jour contre son gré; alors il faut le faire dès maintenant quand le gouvernement et l’État sont encore en contrôle de leurs actions.

Depuis 1962, l’Algérie s’est efforcée  sans aucun succès a développer des industries hors-hydrocarbures, et en raison de la réglementation lourde étatique, d’une bureaucratie lourde et archaïque, et en raison de l’accent mis sur la croissance mené par l’État, toutes ces réformes ont échoué. Les efforts du gouvernement ont fait peu pour réduire les taux élevés du chômage chronique des jeunes ou à remédier à la pénurie de logements. Une vague de protestations économiques en Février et Mars 2011 a incité le gouvernement Algérien à offrir plus de 23 milliards de dollars de subventions publiques, des augmentations de salaires rétroactives, et d’autres avantages sociaux. Malgré cela, les mouvements sociaux continuent de peser sur les finances publiques, et sur l’environnement politique qui est devenu explosive ces derniers temps.

Les défis économiques à long terme sont plus qu’essentiels, ils sont obligatoires, et doivent comprendre comme partie intégrale la diversification de l’économie au détriment de sa dépendance aux exportations d’hydrocarbures, le renforcement du secteur privé, l’attraction des investissements étrangers, et la création des emplois adéquats pour les jeunes Algériens. Cette diversification de l’économie ne se fera pas sans les réformes susmentionnées.

Cela va être douloureux; c’est une thérapie de choc; un choc au système économique qui a été moribond depuis plus d’un demi-siècle. Mais hélas ce choc doit être fait et donné autrement la douleur sera insupportable quand l’Algérie n’aura plus aucun contrôle sur ses politiques économiques et sociales, et surtout aucun contrôle sur son destin. Sans cette douleur, qui doit être partagée équitablement par tous les Algériens, le désordre social et l’anarchie seront le pain quotidien du pays. .

Et peu importe qui sera au pouvoir, il n’y aura pas de miracles. Peu importe qui sera au pouvoir, il sera obligé de réformer. Peu importe qui sera au pouvoir, il sera obligé d’infliger de la douleur à une population entière et de faire des choix très impopulaires. Aucun dictateur ne peut engager ces réformes douloureuses sans causer un mécontentement populaire, et même un soulèvement. Les dirigeants actuels du pays, la classe actuelle de nos politiciens, n’ont aucune crédibilité auprès du peuple, et sont  profondément doutés et haïs par les Algérien. C’est pour cela que celui qui sera à la tête du pays dans un très proche avenir doit jouir d’un large mandat populaire. Ce futur président ou la majorité parlementaire doit avoir le plein appui, le soutien, et la confiance du peuple Algérien. Aucun dirigeant autoritaire peut avoir cela; aucun dirigeant de l’Algérie d’aujourd’hui, de l’Algérie de Bouteflika et des généreux Toukif et Tartag, n’a ce soutien et cette confiance. Seules de véritables réformes démocratiques, avec des élections propres, ouvertes et transparentes donneraient au pays ce leader et cette classe politique qui mèneront le combat des réformes structurelles et institutionnelles.

D’ailleurs, je conseille vivement à ce prochain président de prononcer ce passage légendaire de Churchill lors de son premier au discours a la nation Britannique–ce passage d’une sérénité grave et sérieuse que Churchill a prononcer devant la Chambre des Communes le 13 mai 1940, juste avant l’invasion Nazie et la grande et héroïque Bataille de l’Angleterre.

“Nous sommes dans la phase préliminaire de l’une des plus grandes batailles de l’histoire….nous devons être préparés.

Je voudrais dire à la Chambre comme j’ai dit à ceux qui ont adhéré à ce gouvernement: je n’ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur. Nous avons devant nous une épreuve des plus graves et des plus sérieuses. Nous avons devant nous beaucoup, beaucoup, de longs mois de lutte et de souffrance.”

Du sang, du labeur, des larmes, de la sueur, et de la souffrance, c’est exactement ce que le futur président Algérien doit promettre au peuple. Tout autre promesse sera un mensonge.

  1. Nadir
    October 4, 2013 at 3:30 pm

    C’est pas un atterrissage. C’est un impacts.

  2. May 19, 2013 at 6:55 am

    “C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien.
    Mais l’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage.”
    Le film “La Haine” Mathieu Kassowitz

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: