Archive

Archive for the ‘Les elections Presidentielles’ Category

Algeria: Barakat, a cloud of suspicion. Is the movement truly democratic as it claims to be?

March 8, 2014 2 comments

A movement called Barakat (Enough in English) was born out of the first protests organized against Boutefika’s 4th candidacy. When i first heard of this movement, i was happy, but then went from curious to intrigued to completely dubious about the founding values upon which this movement is built. My criticism might be too harsh, but it is a necessary one for the betterment and the probable evolution of this movement toward real political change in Algeria.

Screen shot 2014-03-07 at 10.12.19 PM

Upon a closer look and some research conducted on the Barakat Movement, (I even had a conversation with a member of this movement who described himself as a “founding member”), I have to say that I have become more worried about the overall ideology and tone of this movement than I initially was. And here, in this piece, I list a few points and questions that Barakat must answer and elucidate for the sake of the movement itself, and the sake of its success.

1796452_568148033280486_1586839905_n

First, let me say that any movement that revives the concept of citizenship and reanimates a moribund and dormant Algerian civil society is agreeable news that must be welcomed by all Algerians, personal ideology and views notwithstanding.

Second, Barakat as a movement is structured in a horizontal way—i.e., it claims that it has no leadership per se, but it has some sort of a collegial direction whose members are so far not known to the public. In the history of successful social movements, having a structural organization and unified and clear leadership that frames the movement’s ideas and narratives in an efficient and specific manner is a serious variable in the success of the movement. To cite only a few examples: the American Civil Rights movement and the Christian Southern Leadership Council (CSLC) whose first president and leader was Dr. Martin Luther King; South Africa’s African National Council (ANC) and Nelson Mandela was one of its leaders; the Women’s Suffrage Movement and National Women Suffrage Association (NWSA) whose leader was Susan B. Anthony, etc. We can keep on listing numerous successful social and political movements like these, and quickly a pattern would emerge: all these movements had solid organizational structures; all these movements had a clear leadership, all these movements had a clear narratives that framed their grievances; and all these movements had enough resources to be able to advance and articulate their grievances, and mobilize  people around them.

On the other hands, unsuccessful or short-lived social and political movements had a very obvious flaw: a lack of an organizational structure and leadership to clearly articulate and frame the movement’s visions and narratives. The most recent example is Occupy Wall Street (OWS). It’s an unorganized leaderless movement that was established on a very powerful, and at that time, popular frame and narrative–i.e., the 2008 financial crisis–which was neither successful in broadcasting its grievances nor was it successful in impacting policymaking or bring about change in the financial structures of Wall Street. The lack of organization and an amorphous and nebulous leadership failed to mobilize tangible and intangible resources, which pretty much led the movement to its downfall. By extension, Barakat’s organization or the lack thereof could very much harm the movement and negatively impact its success.

However, the aforementioned observations, though important, are not the troubling aspects this movement. Barakat seems to echo a disturbing current of thought that was popular in the mid-1990s. This current is called “le courant ou la mouvance des eradicateurs.” (the eradicators or exterminators in English). Briefly stated, this current was (and still is) a proponent of the total physical elimination of all Islamists or the Islamist movement in Algeria. Their conception of Algerian political arena is that there is no room or place on the ideological spectrum for an Islamist party and/or ideology.  It is also important to note that the eradicateurs’ doctrine was established, sponsored, and nurtured by an extreme wing of the Algerian military institution. One of the most famous eradicateurs was the Army General Mohamed Lamari. In the name of the eradicateurs doctrine, several crimes against humanity and egregious human rights violations were not only justified, but also perpetrated in all impunity. This doctrine had also several fervent supporters among the Algerian civil society and political class such as Redha Malek, a former Prime Minister, Mohamed Sifaoui, a famous pamphleteer and blogger, and Mustapha Benfodil, a poet, author and journalist, to cite only a few. These politicians, journalists, and members of civil society supported passively and actively the eradication of an entire political movement and class in Algeria. For the proponents of this doctrine, it is not enough to eradicate Islamic terrorism, which is legally, logically and rationally justified and supported, but this doctrine goes further and steps into the ideological realm and calls for the eradication of Islamism as a political doctrine well anchored into the Algerian society.  More importantly, the eradication of political Islam (or Islamism) is not done through vigorous debates of ideas where Islamism is defeated at the intellectual level and by extension in the political arena. Not only is this approach acceptable, but it is also advisable and should be encouraged. The eradicateurs advocate the simple ban and the exclusion of Islamism from politics in Algeria, and here lies the heart of the problem and the contradiction with fundamental and crucial democratic values.

First, banning an idea has never succeeded or worked. The banning of an idea has always given more credence and more echoes to that idea than it deserves.  Second, if we start by banning or outlawing idea, then we quickly need to start building large concentration camps for all those who subscribe to that idea. This slippery slope is dangerously slick and leads, as history tells us, to inhuman outcomes.

Third and most importantly, the doctrine of the eradicateurs is antithetical to the seeds of democracy. If democracy is as a concept, in many ways, the celebration of freedoms and freethinking, eradicating an idea or banning a whole class of people because they just happen to thinking differently than you and me is not only the negation of that very freedom upon which the house of democracy is built, but it is also a democratic abomination and an anathema. Democracy is built on freedom and freedom produces ideas, doctrines, and factions. We can’t agree with all the ideas or doctrines that are produced because of the freedoms bestowed upon a society through democracy. Some ideas will even be so extreme that they violent our intellectual being. But banning those ideas or doctrines or factions is analogous to banning democracy itself.

Yes I am lecturing Benfodil and Sifaoui and the members of the Barakat movement on democracy because they seem to have forgotten what democracy is; they seem to have a very limited, very narrow, and very primitive understanding of democracy. They seem to have let their emotions and their 1990s traumatic experience cloud their judgment. It is like their thinking has been veiled and tortured by their collective post-traumatic syndrome. We cannot advocate for democracy and at the same time advocate for the elimination of an idea or a faction. James Madison in Federalist No.10 (1787) asks this same question: How can we eliminate a class of ideas or the nefarious factions that push for those ideas and still be faithful democratic values? And his answer is in these few lines that are engorged with the philosophical wisdom of the Enlightenment era:

“By a faction, I understand a number of citizens, whether amounting to a majority or a minority of the whole, who are united and actuated by some common impulse of passion, or of interest, adversed to the rights of other citizens, or to the permanent and aggregate interests of the community.

There are two methods of curing the mischiefs of faction: the one, by removing its causes; the other, by controlling its effects.

There are again two methods of removing the causes of faction: the one, by destroying the liberty which is essential to its existence; the other, by giving to every citizen the same opinions, the same passions, and the same interests.

It could never be more truly said than of the first remedy, that it was worse than the disease. Liberty is to faction what air is to fire, an aliment without which it instantly expires. But it could not be less folly to abolish liberty, which is essential to political life, because it nourishes faction, than it would be to wish the annihilation of air, which is essential to animal life, because it imparts to fire its destructive agency.

The second expedient is as impracticable as the first would be unwise. As long as the reason of man continues fallible, and he is at liberty to exercise it, different opinions will be formed. As long as the connection subsists between his reason and his self-love, his opinions and his passions will have a reciprocal influence on each other; and the former will be objects to which the latter will attach themselves. The diversity in the faculties of men, from which the rights of property originate, is not less an insuperable obstacle to a uniformity of interests. The protection of these faculties is the first object of government. From the protection of different and unequal faculties of acquiring property, the possession of different degrees and kinds of property immediately results; and from the influence of these on the sentiments and views of the respective proprietors, ensues a division of the society into different interests and parties.”

James Madison tells us that the only way to eliminate a faction—a nefarious faction representing the majority or the minority of the citizens—whose interest is antagonistic to the rights of other citizens is by having more factions, not less; it is by building a large republican form of government based on a representative democracy where the freedom of ideas is the currency. For Madison, in a pure democracy (reads, direct democracy), a majority can easily control the minority faction, but the tyranny of the majority can overwhelm the rights of the minority. He tells us in order to neutralize and control the evils of factions, we need to set the foundation of a political system that is based on the protection of the minority and their rights—i.e., an antimajoritarian system. Moreover, in Federalist No. 51, Madison tells us that a republic vested with enough powers to control the governed, and the governed vested with enough powers to check the government is the only way to preserve liberties and freedoms, and guard against tyranny.

This is democracy. It is not the banning of the Islamist doctrine no matter how repulsive that doctrine is to us. And yes, the ultimate test for what a true democrat is (and is not) is when that democrat stands tall and defends the fundamental rights and liberties of his most ardent proponent when his rights and liberties are violated. And so during a conversation I had with Mr. Sidali Kouidri Filali  (find his Facebook page here: https://www.facebook.com/sidali.kouidrifilali) who describes himself as a founding member of Barakat, i asked him a very specific question–a litmus test in sort: Why did you not condemn Ali Belhaj’s violent arrest by the police in front of the Constitutional Council (a transcript of the conversation is available upon request)? And his verbatim answer was:

Mr. Sidali Kouidri Filali: Ali belhadj n’existe pas pour nous, arrestation violente? ce type a eté la cause de 200000 morts,, ce ne sera pas demain notre soutien

Question: j’espere que vous n’allez pas commencer pas avoir une attitude d’exclusion envers d’autre mouvances/courants politiques?

Mr. Sidali Kouidri Filali: On ne defends ni les mêmes causes, ni le meme pays, ni la meme vision, Ali belhadj n’est pas une vision politique, c’est un criminel

Question: Vous carburez a l’émotional!

Mr. Sidali Kouidri Filali: je ne carbure pas a l’émotion monsieur, et je ne suis pas irraisonnable au point de défendre un principe démocratique avec quelqu’un qui veut justement me le supprimer dés qu’il lui permettra le pouvoir, on a pas encore perdu la tête, vous voulez appliquer le principe démocratique avec quelqu’un qui use des armes!! allah yahdik

Mr. Sidali Kouidri Filali very narrow understanding of democracy clearly exhibits authoritarian tendencies. His argument can be summarized as follows: in the name of democracy I need to be undemocratic with someone like Ali Belhaj. But this begs the question: If we are undemocratic with someone like Ali Belhaj, then what democracy is good for? Do we just behave democratically only with likeminded people and then put our Hitler hat on and become tyrants when we are confronted with ideas that violates our core beliefs? Can we sacrifice the rights and freedoms of someone like Ali Belhaj just because he repulses us?  Let me extrapolate a little: What’s the difference between Ali Belhaj and Mr. Sidali Kouidri Filali? Both of them seem to be keen at eliminating each other’s democratic rights, and sacrificing each other’s freedoms if they have power. And if we start thinking this way, that there are deserving people in a democracy whose rights need to be protected and other not so deserving, where do we stop? Should we set a system that every time we don’t agree with someone we just press a button and his democratic rights disappear? What if one day, you don’t agree with me, what guarantees do i have that my rights and freedoms will not be taken away? In fact, Mr. Sidali Kouidri Filali and Ali Belhaj are not that different. Both are exclusionists, and both have forgotten that democracy is very inclusive.

In conclusion, democratic behavior and the belief in democratic principles and ideals are ultimately tested when those ideals and principles are threatened. Only during those moments, when our deep and cherished convictions are put to the test and are challenged that our true democratic self is revealed. The rights and the freedoms of the vilest person in the society are as important as the rights and freedoms of the most valuable person in the society. If we are too quick to dismiss of the rights of a vile person, like Ali Belhaj for instance, we would be too quick to dismiss of the rights and freedoms of another person with whom we just do not agree. And that is the beginning of the end of democracy.

In sum, i am aware that i have leveled harsh criticism and serious charges against the Barakat Movement. It is up to the movement’s leaders to answer these charges, otherwise this movement, in my opinion, is nothing more than Egypt’s Tamarod Mouvement without the Egyptian eloquence and the Saudi funding.

Advertisements

Autopsie de la crise Algérienne: le cœur du problème

March 1, 2014 6 comments

Pour comprendre ce qui se passe en Algérie aujourd’hui, il ne faut pas se concentrer sur le théâtre politique qui entoure la candidature de Bouteflika pour un 4e mandat. Non, il ne s’agit pas de Saadani ou de ses attaques sur Général Toufik ou du frère du président, Saïd. Les observateurs et analystes politiques qui limitent le problème de l’Algérie à seulement une crise liée à des personnalités politiques et militaires et à un président vieillissant qui essaie désespérément de s’accrocher à son siège se méprennent gravement de la nature du problème algérien. Ils se concentrent sur les symptômes au lieu de la pathologie de la maladie. Il faut aller au-delà de cette analyse superficielle et ces théâtralités. En fait, il faut aller à la genèse de l’État algérien post-1962 pour comprendre le cœur du problème et ce qui se passe de nos jours en 2014. En bref, le noyau de la crise algérienne est que le pacte politique qui a donné naissance à l’État algérien n’est plus viable. Ce pacte ou contrat n’est plus en mesure de s’adapter aux différents acteurs et de gérer la concurrence entre eux dans son cadre original tel qu’il avait été conçu et conclu en 1962. En conséquence, les mécanismes structurels et institutionnels du régime sont enrayés. La structure de base de la gouvernance en Algérie est coincée dans un marasme politique, et elle ne peut plus fournir des réponses et des solutions adéquates à la crise politique actuelle à laquelle le pays fait face. La seule solution à cette crise est une refonte complète de la façon dont le pouvoir est conçu, structuré, compris, géré, et exercé. En d’autres termes, il s’agit d’une « re-conceptualisation » de l’état Algérie en tant qu’entité politique. Sans une telle révision, cette crise peut être cosmétiquement et temporairement gérée, mais elle ne serait pas définitivement résolue, et l’Algérie serait confrontée à nouveau au même problème dans un avenir proche.

La genèse de l’État algérien en 1962 a été le résultat d’un pacte faustien et à son cœur était l’armée comme seul acteur. Le pacte originel a exclu le peuple algérien complètement de l’équation. Ce pacte à travers lequel la société algérienne devait être organisée, a été mis en place et investi du droit d’assurer la protection et le bien-être commun et de réglementer les relations entre ses membres et ses groupes. Ce pacte était la création de l’armée par l’armée et pour l’armée. Ce pacte était le résultat de militaires négociant avec d’autres militaires pour établir un état militaire. Dans sa création originelle, l’État algérien basé sur ce pacte n’avait pas besoin du peuple pour tirer ou asseoir sa légitimité parce que sa légitimité était révolutionnaire avec un caractère sacré, d’un ordre presque divin, et qui ne devait pas être remise en cause par le peuple.

La revendication de cette légitimité révolutionnaire (les rebondissements autour de la lutte entre le GPRA et l’ EMG nonobstant), a permis à l’armée de capturer l’état et de se doter d’une façade civile composée d’une bureaucratie, et d’une aile politique composée d’un parti politique unique. Le but était que l’armée détienne les clés de l’État, tandis que la bureaucratie et le parti unique géraient les affaires du pays au jour le jour. Ce qui manquait dans ce pacte initial était le peuple algérien. Et depuis que ce pacte faustien a vu le jour et a donné naissance au premier état d’une  Algérie libre, le peuple a toujours essayé d’obtenir un siège à la table, ou de renégocier ce pacte initial.

Et au fil des années, l’état algérien s’est efforcé d’acquérir tous les attributs et les accoutrements d’un état normal civil au service des algériens, mais sans leurs contributions. Les rôles principaux de la bureaucratie et du parti unique étaient d’interagir avec le peuple algérien afin de protéger les militaires de toute réaction populaire. Cet arrangement a fonctionné en grande partie sans accroc grave principalement grâce aux petits réajustements et aux corrections astucieuses que l’armée a apportés à chaque fois que l’état a rencontré une petite entrave.  De Ben Bella à Boumediene, de Chadli  jusqu’à Bouteflika, le pacte originel a survécu par des réajustements de priorités, par son adaptation à de nouvelles situations et de crises, mais sans jamais fondamentalement changer ses principes, ses structures, et sa doctrine fondatrice.

La seule chose qu’un état doit avoir pour asseoir ou tirer sa légitimité, est le consentement du peuple à travers l’expression de sa volonté. Et si nous sommes d’accord avec cela, nous devons arriver à la conclusion que l’armée est simplement une autre institution de l’exécutif chargée de la défense du pays et doit être dépourvue de toutes autres prérogatives ou rôles. Par conséquent, le militaire ne représente pas l’État, et l’État n’a pas besoin du militaire pour exister. Tout ce qu’un État a besoin est le peuple. Pour paraphraser Abraham Lincoln, un état qui est issu «du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne périra pas de la terre. »  Cela représente une renégociation fondamentale et radicalement complète du pacte social qui a organisé la société algérienne depuis 1962. Cette renégociation du pacte originel devrait donner logiquement lieu à un nouvel état algérien et à une nouvelle république dans laquelle le militaire n’est qu’un appendice.

Oui, nous pouvons nous perdre dans les envolées lyriques autour de Bouteflika et son 4e mandat, et le rôle du général Toufik et sa police secrète, mais la vraie lutte qui sévit et assaille Algérie depuis 1962 tourne autour d’une question relativement simple, celle de la renégociation du pacte d’originel. Par le passé, l’armée était en mesure de traiter de ces questions par le biais de petites corrections de course, par la coercition pure et brutale, ou par la corruption et le clientélisme. Elle a réussi en 1988 à violemment arrêter un soulèvement populaire. Entre 1988 et 1992, l’armée avait accepté une sorte de transition démocratique, qui ne menace pas son emprise sur le pouvoir et n’interroge pas son monopole sur la légitimité de l’état et la légitimité révolutionnaire. Cette expérience n’a pas réussi et l’armée est intervenue violemment encore une fois en 1992  pour mettre un terme à cette expérience en menant une guerre pour préserver son rôle, sa position et sa légitimité. L’arrivée de Bouteflika en 1999 a donné un répit bien nécessaire à l’armée, mais le régime de Bouteflika a établi une chose que l’armée n’attendait peut être pas. Bouteflika a étouffé et contrôlé la vie politique à travers la promotion d’un niveau inégalé de corruption et de clientélisme. Pour toutes fins utiles, Bouteflika a créé une classe de clients fidèles avec de profonds intérêts et liens financiers dont leurs survies dépend uniquement de son maintien au pouvoir. De plus, Bouteflika, pour rester au pouvoir, est devenu avec son entourage un allié vital de l’armée. A la fin de son 3ème mandat, la question que certains militaires de haut rang se posent est : Qui est le prochain ? Y a t-il quelqu’un de confiance pour être le visage civil d’un état militaire? Telles sont les questions fondamentales au cœur du débat et la lutte qui a eu lieu pendant toute l’année dernière. Connaissant la gravité de sa maladie et son handicap, l’armée ne semble pas trop avoir l’envie de parier sur un autre mandat de Bouteflika. Si l’armée parierait sur Bouteflika, sa candidature provoquerait une agitation populaire et une crise éventuelle, le pacte initial qui a donné naissance à l’État algérien serait au centre des débats qui suivraient ce soulèvement hypothétique. L’armée craint que la renégociation du pacte de 1962 l’exclurait et arracherait d’entre ses mains le contrôle de l’État. Donc, à bien des égards, nous sommes toujours en prise avec la même question que nous n’avons pas traitée depuis 1962. La légitimité de l’état algérien devrait t-elle rester sur le consentement et la volonté du peuple? Ou devrait t-elle être dérivée de la légitimité révolutionnaire de l’armée? Si la réponse est du consentement populaire et de la volonté du peuple, le militaire serait exclu, et la notion de la légitimité révolutionnaire entrerait dans le domaine et le récit de la mémoire collective de la nation algérienne, et non pas le droit exclusif ou la propriété privée des militaires. Mais si la réponse est la légitimité révolutionnaire, alors l’état algérien restera un état militaire.

C’est là où Hamrouche a fait une terrible erreur lors de sa conférence de Jeudi quand il a affirmé que l’armée doit avoir un rôle actif pour trouver une solution à cette crise. Hamrouche dit:

« Il n’y a aucune chance d’instaurer un système démocratique sans l’aval de l’armée. Je ne demande pas un coup d’État. Je n’appelle pas l’armée à empêcher Bouteflika de se représenter. Je l’appelle à sauver l’Algérie de l’impasse » (TSA, Jeudi 27 Février).

Ce que Hamrouche dit en fait est qu’on ne doit pas renégocier le pacte faustien originel qui a donné naissance à un État militaire en 1962. Non seulement ce pacte doit rester, mais ce que l’Algérie a besoin est juste une petite correction ou un réajustement du style de 1965. Mais dans sa conception la plus simple et la plus intrinsèque, la démocratie est un état civil par excellence qui repose que sur la légitimité et la volonté du peuple. La démocratie dans sa conception la plus simple, le militaire est complètement exclu de la vie et des décisions politiques. La démocratie dans sa conception la plus simple, c’est le peuple qui délègue la responsabilité de l’entreprise des affaires de la nation à ses représentants qu’il choisit et renouvelle sur une base régulière. Dans cette interaction entre le citoyen et son représentant, il n’y a pas de place ou de rôle pour l’armée. Et donc, si nous voulons trouver une réponse et une solution permanente à la question posée depuis 1962 et qui est au cœur de la crise actuelle, l’armée doit être carrément exclue de toutes solutions. C’est parce que Hamrouche est l’enfant du pacte faustien originel de 1962, il ne peut concevoir un état dont le militaire n’est pas le garant de sa légitimité ni un acteur principal dans sa conception.

En conclusion, une chose est sûre: l’armée en Algérie va essayer de continuer à négocier un plus grand rôle pour elle-même, non pas comme une simple institution, mais comme l’épine dorsale autour de laquelle l’état est construit. L’armée continuera d’essayer de protéger le pacte originel de 1962 pour garantir et assurer son contrôle sur l’État. Mais comment? L’armée algérienne a essayé la coercition auparavant; elle a essayé d’utiliser et de manipuler le terrorisme auparavant; elle a essayé de recruter et de choisir ses propres candidats auparavant; elle a assassiné ses rivaux et elle a même assassiné ou est responsable de l’assassinat d’un de ses présidents. Comment donc le militaire va sortir de cette crise sans perdre son contrôle de l’État? Quelle nouvelle réorganisation de l’état va t’elle inventer? À mon avis, ce régime né en 1962 à travers un pacte faustien est à court de solutions viables et d’imagination. Tôt ou tard, l’armée devra faire face à deux options: 1) donner le contrôle de l’état au peuple pour qu’il puisse forger un autre pacte social sans l’apport ni la présence des militaires ; ou 2) intervenir avec force pour réaffirmer son pouvoir, sa souveraineté et sa légitimité une fois de plus. Il n’y a pas une 3e option pour l’armée algérienne, et il semble que l’état algérien avec toute sa classe politique souffre d’un manque endémique et même « alzheimerien » d’imagination ces mois-ci. Bientôt, on aura notre réponse.

Algérie: Les arguments en faveur d’un boycott des élections présidentielles du 17 Avril

February 23, 2014 6 comments

Ce matin, nous avons appris que Bouteflika a annoncé officiellement sa candidature à la présidence de l’Algérie. Plus convenablement et correctement, son Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, a annoncé samedi  à Oran la candidature du président de la République Bouteflika à l’élection  présidentielle du 17 avril prochain. Alors, qu’est-ce qui peut être fait, ou plus concrètement que peut-on faire face à cette candidature sachant que l’Algérie ne peut se permettre un autre terme d’un président qui n’est même pas capable d’annoncer sa propre candidature? En un mot: Le Boycott total et massif  des élections présidentielles du 17 Avril. Ce boycott est d’une nécessité absolue. Dans ce billet, je présente les arguments en faveur du boycott.

1

1 – En ce moment, quel est vraiment l’argument contre la 4ème candidature de Bouteflika? Logiquement, et au-delà de nos sentiments personnels envers Bouteflika et au-delà du fait que sa présidence a été un échec total, le seul argument contre sa candidature est sa maladie, et qu’il est malade. C’est l’unique argument. Mais Bouteflika peut toujours présenter un dossier médical attestant qu’il est à la hauteur de ses fonctions, et qu’il est apte a faire son travail. Et il peut toujours trouver un moyen de faire quelques discours de campagne électorale. Une courte campagne avec quelques rassemblements électoraux qui sont bien mis en scène n’est pas quelque chose d’impossible à faire. Cela donnera l’impression qu’il est capable de mener une campagne plus au moins normale, et donc une présidence normale

2 – Y a-t-il un argument constitutionnel contre sa candidature pour un 4ème mandat ? Non, pas vraiment. Constitutionnellement, il peut briguer un autre terme et il peut être président pour une quatrième fois surtout s’il a une autorisation médicale.

3 – Alors, vous dites, pourquoi donc boycotter l’élection présidentielle? Qu’est ce que cela va faire changer? Ou qu’est ce que cela va apporter concrètement? Et je dis si le boycott est bien organisé et s’il est massif, et que les rues sont vides le jour du scrutin, et que les bureaux de vote sont vides le jour du scrutin, le peuple Algérien va forcer ce gouvernement à tricher, à frauder. Et c’est exactement ce que nous voulons. Nous voulons qu’ils trichent. Nous voulons qu’ils truquent les résultats des élections afin d’avoir un grief réel, un argument solide et légal contre eux afin d’agir, afin d’organiser des marches, afin de protester ce pouvoir, et de forcer le changement. La fraude donnera au peuple Algérien non seulement l’argument moral et la base pour un mouvement protestataire, mais elle lui donnera aussi l’argument juridique et legal.

4 – Si le peuple commence à protester maintenant, et a se précipité dans la rue, je pense que ça ne marchera pas. Pourquoi ? Parce que ce gouvernement avec son appareil de sécurité et son vaste réseau de clients vont utiliser cela comme une occasion pour dire que le peuple Algérien, ceux qui sont dans la rue en train de protester la candidature de Bouteflika n’ont pas un réel argument juridique ou même politique à présenter. Ils diront, “Mais vous avez le choix entre les candidats, allez-y, vous pouvez voter pour un autre candidat, vous pouvez même voter contre Bouteflika. Personne ne vous force a voter pour lui! Pourquoi donc êtes-vous dans la rue? Si vous êtes dans la rue c’est que vous devez travailler pour une force étrangère, et que vous voulez déstabiliser le pays” etc., et on connait tous la chansonette de cette fameuse main étrangère. Cela serait leur contre-argument, et il est solide.

5-Le mouvement pour le boycott des élections du 17 Avril permet d’avoir ou de construire une structure organisationnelle et de la mettre en place pour mobiliser le peuple Algérien. Ceci est extremement important parce qu’il n’y pas un mouvement protestataire qui a abouti a un résultat solide et concret qui a été complètement ad hoc ou spontané et sans organisation. Le boycott permet aussi aux leaders de faire campagne pour boycott et la faire activement, avec l’organisation de rassemblements pour réveiller la conscience politique des Algeriens. En plus, il permet de mettre une commission d’observation des élections en place et d’inviter les organisations internationales à observer les élections. Et surtout, il permet également aux partisans du boycott et du “contre un 4e mandat” de connaître leur force, de connaitre combien de personnes  sont vraiment contre un 4e mandat et contre Bouteflika et contre ce système, et pour ou veulent le changement. Le taux de participation s’il est extrêmement faible permettra aux dirigeants du boycott et au peuple de dire «Vous voyez, la majorité du peuple est contre vous, et votre politique. Et on a le nombre pour le prouver.” Ensuite, ces dirigeants avec la légitimité dérivée de la réussite du mouvement de boycott peuvent organiser des rassemblements et un mouvement protestataire ayant pour but de provoquer le changement politique tout en sachant que la majorité du peuple les supporte. .

6- On sait tous que le gouvernement veut et adore avoir l’approbation internationale et la bénédiction de la communauté internationale plus que toute autre chose. Si le boycott fonctionne et est massif, et lmouvement de protestation qui suit est pacifique, on va forcer la main de la communauté internationale de ne pas prendre parti pour Bouteflika, de ne pas bénir son réélection ou son gouvernement, et de ne pas reconnaître les résultats. Tout cela pourrait être le résultat d’un boycott bien organisé des élections présidentielles. Si cela se produirait, vous verriez comment les fondations même de government et de système trembleraient jusqu’à leur effondrement.

Voila, C’est tout ce que j’ai à dire à ceux qui me posent des questions sur le bien-fondé d’un boycott. Je suis peut-être correcte dans mon raisonement comme je peux aussi avoir tort. Le peuple algérien a suffisamment de temps pour organiser un mouvement de boycott bien orchestré. Et comme Mahatma Gandhi disait “qu’un ‘non’ prononcé avec la conviction la plus profonde est meilleur qu’un ‘oui’ prononcé simplement pour faire plaisir, ou pire, pour éviter les ennuis” (“A ‘no’ uttered from the deepest conviction is better than a ‘yes’ merely uttered to please, or worse, to avoid trouble.”). Ce que Gandhi avait dit était vrai alors et est encore plus vrai aujourd’hui. Dans l’avenir le plus immédiat, il y aura beaucoup de troubles en Algérie, et le peuple Algérien ne peut les éviter pour toujours en faisant l’autruche. Tôt ou tard, ce peuple devra faire face et accepter sa responsabilité. Même les mouvements protestataires les plus pacifiques générent la violence et provoquent la répression. Le plus tôt les Algériens embrassent ce fait, le mieux ils peuvent s’organiser pour minimiser et contrôler la réaction de la rue.

L’annonce de la honte

Algérie: L’élection Présidentielle et Les Amuseurs de la République

This is a very beautifully written editorial by Mohamed Benchicou. It’s a must read.

Les Amuseurs de la République

Par: Mohamed Benchicou

vendredi, 03 mai 2013

Les Amuseurs de la République

Comme tous les quatre ans, à pareille époque préélectorale, ils déferlent, en rangs serrés, avec un nouveau spectacle dans les valises, comme s’ils répondaient à l’appel d’un devoir national du simulacre, bousculant à la fois les règles de l’actualité et celles du théâtre burlesque. Le gang des Amuseurs de la République est à l’œuvre !

Leur nouvelle création de 2013, provisoirement intitulée « Le président peut-il encore gouverner ? », originale et désopilante, basée sur l’allusif, un nouveau style baladin qui consiste à contourner la triste réalité nationale pour s’attarder sur l’ailleurs, raconte les tribulations du chef de l’État d’une île mystérieuse, une contrée fantasmagorique dont je suis incapable de vous dire le nom. À croire certains spécialistes versés dans le monde du burlesque, il s’agirait de Fantasyland, un pays magique de Disneyland, où les contes de fées et les histoires qui ont inspiré les films d’animation de Disney prennent vie, comme par magie. Cela expliquerait, sans doute, le fait que le nouveau spectacle, « Le président peut-il encore gouverner ? », vient d’être enrichi de plusieurs déclinaisons tout aussi drôles les unes que les autres, comme « Le quatrième mandat, c’est fini ! », un gag qui a rencontré un succès foudroyant, « La succession est ouverte », avec Benflis en guest-star, ou « Saïd Bouteflika limogé », une fiction loufoque montée avec adresse et dans laquelle des observateurs avertis ont cru reconnaître à la fois la main d’un célèbre manipulateur et un plagiat de Discoveryland, monde de Disney où les prédictions des grands visionnaires prennent vie.

Le débat autour de la fameuse contrée dont parlent nos opposants et nos journalistes est toujours en cours, mais une chose semble cependant certaine : il ne s’agit pas de l’Algérie. La lecture de l’éditorial d’un des membres les plus influents des Amuseurs, ne laisse, à ce propos, aucun doute. Le respectable analyste décrit, en effet, une province étrange mais démocratique, où la succession du président se réaliserait dans « le respect de la souveraineté du peuple, sans contrainte, et dans la transparence », détails qui excluent, de facto, l’hypothèse Algérie. La chose relève d’ailleurs du bon sens : la maladie d’un chef d’État n’étant handicapante qu’en démocratie, système où l’opinion garde le droit de regard sur la gouvernance, la question « Le président peut-il encore gouverner ? » devient, du coup, parfaitement inadaptée à l’Algérie. Chez nous, Dieu merci, pareille complication nous est épargnée, les citoyens que nous sommes n’étant consultés ni sur l’état de santé du chef de l’État, ni sur sa désignation ni encore moins sur sa reconduction. En retour, ce dernier régnerait sans rien nous devoir. C’est tout le privilège de ce que les Russes appellent les vybori bez vybora (élections sans choix), privilège qui s’ajoute, pour des autocraties comme l’Algérie, à celui d’être parfaitement gouvernables à partir d’un lit d’hôpital. La prouesse paraît d’autant plus à la portée de notre chef de l’État que notre cher pays, où le Conseil des ministres ne se réunit jamais, est unanimement reconnu comme l’unique de la planète à fonctionner sous le mode du pilotage automatique, personne n’y gouvernant et, conformément aux vybori bez vybora, personne n’y étant gouverné.

Tout ça pour dire que l’interrogation « Le président peut-il encore gouverner ? », en plus d’être parfaitement incongrue pour un pays où la sagesse autocratique l’emporte sur la véhémence démocratique, pose incontestablement un problème inédit : dans quelle catégorie classer les chimères généreusement imaginées par une si brillante équipe d’analystes et de brillants politologues, dont le seul mérite aura été de nous apprendre que  la grande famille du pouvoir illégitime pouvait, finalement, être aussi drôle que les Simpson ? Dans le théâtre, on avait inventé la comédie, le vaudeville, la bouffonnerie, la parodie, le burlesque, le sketch, le pastiche, la satire, la clownerie, l’arlequinade, la facétie… Aucun de ces styles ne paraît, cependant, correspondre au grotesque de la situation. Ah ! Peut-être dans la pantalonnade, qui n’est pas ce que vous pensez, mais dans le théâtre italien, une posture comique assez drôle dans laquelle excellait le pantalon, qui n’est pas non plus ce que vous pensez, mais un personnage du théâtre vénitien qui porte traditionnellement cette sorte de culotte et qui a laissé son nom pour désigner un homme sans dignité et sans consistance !

Depuis on a cependant su que « pantalonnade » veut dire, en même temps que ce que vous pensez, subterfuge grotesque pour sortir d’embarras. Rappelons-nous : la théorie du « président malade et démissionnaire » avait déjà permis, en 2005, d’avorter les grosses contestations autour des effets catastrophiques de la fameuse Charte pour la paix. Val-de-Grâce avait étouffé le scandale politique. Le régime s’est servi de nouveau, en 2006, de la théorie du « président malade et démissionnaire », pour briser le débat houleux qui commençait à s’installer autour du projet d’amendement de la Constitution. À quoi bon débattre, se disait-on, d’un projet mort-né, compromis par la santé défaillante du président ? Dans les deux cas, le régime a obtenu, par l’esbroufe, un répit salutaire qu’il a su habilement exploiter. Aujourd’hui, en 2013, Bouteflika substitue le débat autour de la corruption de Chakib Khelil, c’est-à-dire la corruption imputable à sa famille politique, par un débat sur l’AVC et ses conséquences sur la gouvernance. Val de Grâce II continue le boulot diversion de Val de Grâce I ! Comme en 2004, le régime utilise la presse minaudière et l’opposition maniérée pour reconduire, « légalement » et dans le cadre du « pluralisme », le président Bouteflika à la tête du pays ! Encore une fois, un des subterfuges par lesquels s’éternisent les autocraties dans nos pays, aura magnifiquement fonctionné. Ainsi, pendant que d’éminents esprits nous rebattent la thèse du « président malade et démissionnaire », que dit et que fait le principal intéressé ? Il affirme à qui veut l’entendre : « Grâce à Dieu, je me porte très bien » ; il prépare la population à l’émotion du « retour au pays » ; il multiplie les flagorneries en direction de l’opinion publique ; il n’oublie pas de « remercier » la presse qu’il gratifie d’une journée spéciale le 22 octobre… Tout cela débouche sur une information capitale : la décision de postuler pour un quatrième mandat est déjà prise !

Alors, je crois bien que, faute d’antécédents dans le genre théâtral, l’on soit obligé de rapprocher la manœuvre complice à laquelle se prêtent une partie de notre presse et de notre opposition, d’une pantalonnade tout à fait remarquable d’adresse et d’inventivité et dont on rirait volontiers si elle n’était un discours de diversion qui finit par laisser au régime l’initiative politique. Nous avons juste oublié que le diable, devant les nigauds, entreprend toujours  de jouer au nigaud. Tout autocrate compte sur la bêtise humaine pour enfourcher le monde et l’étrangler de ses sangles. Il suffit de laisser croire. Gouverner c’est faire croire a dit Machiavel. C’est cela, le but de la politique, pour Machiavel, ce n’est pas la morale mais la réussite : obtenir et conserver le pouvoir !

Finissons par un clin d’œil à la journée du 3 mai pour évoquer le « papier » si précieux pour un journaliste et dire que toute cette histoire ressemble, en effet, à celle du papier plié en quatre qu’on découvre au détour d’une ruelle, que l’on ramasse avec une curiosité difficilement contenue, que l’on  fourre dans la poche avec cupidité,  que l’on ouvre, enfin, avec angoisse pour découvrir que la trouvaille, au final, n’était qu’un prospectus de vente au rabais… Il sera alors l’heure pour l’île mystérieuse de fermer ses portes. Rendez-vous dans quatre ans pour une autre séance de fantasmagorie. Entre-temps, nous aurons au moins appris que la politique n’est pas un jeu, mais un art de la dissimulation au nom de l’efficacité. Et l’efficacité, ici, consistait, tout simplement, tout bêtement, serai-je tenté de dire, à s’assurer de sa propre succession en 2014 !

Présidentielle Américaine: OBAMA REELECTED. Signed, Sealed, Delivered!

November 6, 2012 Leave a comment

HE’S REELECTED

OBAMA WON, OBAMA WON, OBAMA WON

OHIO: OBAMA

ALL OBAMA NEEDS NOW IS EITHER  FLORIDA, OR OHIO AND OREGON; OR NEVADA AND

IOWA: OBAMA

AS IT IS, OBAMA WOULD NEED OHIO AND IOWA TO CLINCHE 270; OR FLORIDA TO CLINCHE 270; OR VIRGINIA AND OHIO TO CLINCHE.

CALIFORNIA: OBAMA

WASHINGTON STATE: OBAMA

UPDATE: THE STATE OF THE ELECTORAL MAP SO FAR

MINNESOTA: OBAMA
UPDATE: THE STATE OF THE ELECTORAL MAP SO FAR
UPDATE ON FLORIDA; IT LOOKS VERY GOOD FOR OBAMA RIGHT NOW. THE COUNTIES THAT THERE ARE STILL OUT ARE BROWARD COUNTY AND MIAMI-DADE, AND THESE ARE HEAVY DEMOCRATIC COUNTIES. SO THE RESERVOIR OF DEMOCRATIC VOTES IS STILL FAVORING OBAMA IN FLORIDA.
THE PATH TO 270 FOR OBAMA LOOKS MORE PROBABLE AND EASIER THAT FOR ROMNEY.
NEW HAMPSHIRE: OBAMA
THE STATE OF THE ELECTORAL MAP SO FAR:

WISCONSIN: OBAMA
PENNSYLVANIE: OBAMA
NEW YORK STATE: OBAMA
MICHIGAN: OBAMA
UPDATE: THE COUNTY BY COUNTY RETURNS IN FLORIDA LOOK REALLY GOOD SO FAR.
EXIT POLLS: FLORIDA

Key groups that voted for OBAMA: 60% of “Not Married”; 58% “Making under $50K/year”; and 52% “Of Political Moderate”

Key groups that voted ROMNEY: 79% “White Evangelicals”; 79% “Conservatives”; and 58% “Making over $100K/year”

STATE OF THE ELECTORAL MAP SO FAR

EXIT POLLS: VOTERS BLAME G.W. BUSH FOR THE STATE OF THE ECONOMY

Early exit polls released on Tuesday show that about 50% of voters still blame President George W. Bush more than President Barack Obama for the country’s economic problems and most cite the economy as their top issue in the election.

EXIT POLLS: OBAMACARE

45% of voters said they think the 2010 OBAMACARE law should be either fully or partially repealed, compared with 47% who want to see the law remain as-is or see it expanded further.

THE STATE OF THE ELECTORAL MAP SO FAR

EXIT POLLS: THE ECONOMT
The economy is he most important issue among those who voted today.

Of those voters who were asked about the biggest economic problem facing “people like you,” 40% said it was unemployment, 37% said rising prices, 13% said taxes and 8% said it was the housing market.

Of those who voted today, 24% said they were doing better today compared with four years ago, 34% said they were doing worse and 41% said they were doing about the same.

EXIT POLLS; OHIO

Auto Bailout: 59% Approve; 36% Disapprove.
Among those who approved of the Auto Bailout, 75% voted Obama, 23% Romney. This means that Obama could very well carry the White vote in Ohio.

Attention Readers: I will be liveblogging the results of the U.S. presidential elections at 20:00 this evening. All the results from the battleground states will be directly posted at the AP releases them and they are confirmed by at least one independent source or a network.
The counties that we will be focusing on are: Hillsborough County (Florida), Orange County (Florida), Miami (Florida), Lauden County (Virginia), and Hamilton County (Ohio). These are the counties that i picked as early indicators of how those states will go.
Stay tuned and it is going to be an exciting night.

By the end of the evening, the electoral map below will be filled with blue and red states indicating the winner of the race

Présidentielle Américaine: J-1, THE FINAL PUSH

November 4, 2012 Leave a comment

This is the closing argument of Obama’s campaign for his reelection. Watch, it’s inspiring.

The Challenges

The Final Push

What We’re Fighting For

 

Egypte: Pourquoi les généraux ont fait pression sur le juge pour dissoudre le Parlement?

June 18, 2012 6 comments

Courtesy of Dr. Juan Cole

Did the Egyptian Generals make their Coup because of a Conspiracy Theory?

Posted on 06/17/2012 by Juan

The initial reaction of the leadership of the Muslim Brotherhood and its Freedom and Justice Party to the high court decision dissolving parliament had been acquiescence. On Sunday, they got a bit more active, arguing that the Supreme Council of the Armed Forces (SCAF) did not have the right to dissolve parliament despite the court ruling (i.e. that it wasn’t the body with legal standing to do so). They also argued that the dissolution must be put to a popular referendum, since it voided the vote of millions of Egyptians.

All of this raises the question of why the Mubarak-appointed judiciary backed by SCAF moved against the parliament, which was dominated by the Muslim Brotherhood. I don’t believe that the SCAF coup was based on a rational calculation. Rather, I think the generals see the world as a conspiracy against them, and that the basis for their action was likely irrational.

Gen. Omar Suleiman addressed a letter to the Egyptian people Saturday, urging them to vote in the elections but implicitly criticizing the Muslim Brotherhood as arrogant and overbearing, and suggesting that you might hear them now talking about cooperating with everyone, but alleging that such talk is merely manipulative. Suleiman is a former head of military intelligence and was vice president in the last Mubarak government. He had wanted to run for president but was disqualified by the courts on the grounds that he hadn’t gathered enough petition signatures.

When I was in Cairo in May, a reporter told me that Suleiman gave a talk at the al-Ahram Center in which he alleged that the Muslim Brotherhood was preparing to develop a violent paramilitary capability. Generals such as he view the Brotherhood as not very different from al-Qaeda and as potentially violent, even though the organization gave up violence in the 1970s and has been disciplined about only using civil means to gain power ever since.

It also seems clear that the generals have a conspiracy theory that the United States is somehow behind the Jan. 25, 2011 revolt against Hosni Mubarak, and that Washington is secretly funding the leftist youth groups that spearheaded the big demonstrations then and since. That is why they keep harassing foreigners and journalists who seem too interested in Egyptian politics, and why they aired commercials recently discouraging Egyptians from speaking to foreigners.

Only a conspiracy theorist could simultaneously hold that the Muslim Brotherhood is a theocratic cabal with paramilitary aspirations and that the US is supporting it and other revolutionary forces.

Another alleged foreign player in Egypt is Qatar, which Egyptians see as a supporter and funder of the Muslim Brotherhood.

The Mufti or chief Muslim legal adviser of Egypt, Ali Gomaa, on Sunday riposted to an attack on him by the Muslim televangelist at al-Jazeerah Arabic, Yousuf al-Qaradawi. Qaradawi had blasted Gomaa for saying he was neutral in the presidential contest. Qaradawi insisted that all clerics had to come out for Muhammad Mursi, the Brotherhood candidate. (Actually using the pulpit to promote a partisan candidate is illegal in Egypt). Gomaa implied that Qaradawi is after personal glory and thinks he is a real Muslim while others are ersatz.

The subtext here is that many Egyptians see Qaradawi as a Muslim Brotherhood icon supported by the Qatari government. One Egyptian told me that when Qaradawi showed up in Tahrir Square in Feb. 2011 during the attempt overthrow Hosni Mubarak, it reminded him of Vladimir Lenin showing up in Russia after the initial revolution. Of course, Lenin later overthrew the parliamentary regime that briefly emerged, making Russia a communist dictatorship in the October Revolution of 1917. My friend was wondering if Qaradawi hoped to play Lenin in subverting a democratic revolution and putting in power an ideological one-party state.