Egypt: MILITARY COUP D’ETAT IN EGYPT–7 Immediate Consequences

July 3, 2013 1 comment

The Egyptian military has just conducted a coup d’état, thus forcing out Mohammed Al-Morsi from power. It’s useful to remind the readers that Morsi was legitimately elected in a free and fair election a year ago.

There are no justifications for this military coup, or for any military coup, or for any intervention of the military in civilian democratic governance. None whatsoever. Those who claim that Morsi mismanaged the economy (which could be a valid claim, though he found when he took over the Egyptian economy was already in the tank) or overstepped his power, or was tone deaf to the demands of the opposition do not advance solid justifications for the intervention of the military and the coup. Moreover, all these grievances are normal political grievances found in any democracy and could have been resolved and dealt with through normal democratic and legal means and mechanisms that all democracies–including the Egyptian one–provide.

Moreover, those who argue that this is not a coup d’état, but an civilian inspired intervention of the military in politics to stop Egypt from descending into anarchy and chaos cannot change the fact that Egypt’s military transferred power illegally from a legitimately elected official and placed it in the hands of an unelected and illegitimate official. This is the definition of a coup d’état. And there is no further debate about that aspect of the event.

Having said that, what are the immediate consequences of this military coup d’état in Egypt & in the Arab/Muslim world?

1-High likelihood of a civil strife and civil war

Civil unrest, and a probable civil war, is very likely and sadly almost unavoidable. The supporters of Morsi will probably protest this coup. They will organize sit-ins in parks, streets, avenues and even  mosques. The military will somehow look away for a couple of months, but sooner or later will intervene forcibly to disperse  the protesters, and that would be the spark which would ignite the first round of violence, which, sadly, wouldn’t the last one. Even if the leaders of the MB have announced that they are against and do not support violence and have denounced it repeatedly, violence is more than likely to occur. In this case, who do we blame? The military or the radical wings of the Islamist movement? It’s clear to me that the blame should go first and foremost to those who organized this coup and stole the legitimate and democratic victory of the MB. After that, the blame game starts again, and we will soon not know who did what, why, and when. Sadly, this has always been the hallmark of the cycle of violence in almost all civil wars and civil strife. But as of now, the aggrieved are the member of the MB, and the aggressors are the military. This much is clear.

2-Victory of the radical wing of the Muslim Brotherhood and defeat of the moderate one

For decades, the leadership of the Muslim Brotherhood has been engaged in a serious and tough internal debate to convince its rank and file that democracy is a valid and a legitimate means to arrive to power and do politics. During those years, there were divisions within the movement, the radicals were forced out, outnumbered and muted, and serious fights, fatwas and religious edits were issued to justify democracy, and undermine all alternative means that were so popular in the movement back in the 1960s and 70s. Those who won that debate are the biggest losers today since this coup will provide cover, support, and justification for the rhetoric of the radicals. So, we will probably see the revival of the radical wing of the Muslim Brotherhood which has never believed that Arab/Muslim autocrats would allow an Islamist Party to win elections and exercise power.

3-U.S. will be fairly or unfairly blamed for the coup d’état

The U.S and Israel will be directly or indirectly, fairly or unfairly, blamed for this coup. Even if the U.S did not have any involvement in the coup, the fact that it did not put sufficient pressures on the Egyptian military (with whom it has great relations) will be held against it. Already all over social media networks and Internet forums pictures of a collage of Mossadegh, Salvador Allende and Morsi are floating intimating that this was a coup designed in the West (you add to that Israel) and carried out by “their stooges”, the Egyptian military.

4-Good days ahead for Al-Qaeda

Al-Qaeda has just gotten a fresh batch of new recruits, slogans, narrative, and material. All that material will point an accusatory finger toward the U.S and accuse the U.S (and by extension Israel) for its hypocrisy–i.e., the U.S loves democracy only when it doesn’t involve Islamist Parties–and for being anti-Islam. The “I told you so” will be the new recruiting slogan for Al-Qaeda. Members of Al-Qaeda as well as its ideology never believed and/or supported democracy and have always undermined moderate and not so moderate Islamist political parties. Probably, the biggest blow to the Al-Qaeda as an ideology was the Arab Spring and the electoral victories of moderate Islamist parties in Tunisia and Egypt. However, Al-Qaeda’s biggest victory so far was handed to it by the Egyptian military today. I have no doubt that Al-Zawahiri is celebrating and dancing in his cave right now.

5-Delegitimization of future Islamist Parties in Egypt post Morsi’s MB

All Islamist Parties that choose to take part in future elections in Egypt will have no credibility, just like all Islamist Parties in Algeria now have lost all popular credibility and legitimacy. The loss of credibility will result from 2 sources: 1) the alleged mismanagement of the economy during Morsi’s first year in office (though it is extremely unfair to blame him for the economic situation since he inherited a collapsing economy); and 2) if the MB engages in violence, and clearly calls for a violent uprising against the military or loses control over its base. This will be held against the MB and will harm its political and social brand, and might even lead to its ban.

6-Delegitimization of democracy as a valid means of governance in Egypt

This is a deadly blow to democracy in Egypt. I am afraid that it might even be a complete delegitimization of the democratic process. Regardless of all the spin that we are listening to right now and is coming from Egypt notwithstanding, democracy has died tonight in Egypt. The consequences of that is the rise of an electoral authoritarian system with a democratic veneer, but with deep layers of authoritarian rules.  The freedom of the press, an independent judiciary, freedom of association and speech are, as of now, something of the past.

7-Chilling effect on new democracies in the Arab World and Sub-Saharan Africa

This coup will have a chilling effect on all new and fledgling democratization processes in Tunisia and Libya (there is also another effect that i will develop in future posts). The military in those countries (and in Sub-Saharan democracies as well) will feel emboldened by the Egyptian example. They will feel that they can intervene at any time in the political process to shape politics in the manner they see fit. Effectively, the military has become in the Arab World a very powerful veto player in civilian democratic governance. This is the death of democracy as we know it, and the rise of electoral authoritarianism, which will last a generation or two.

Video of president Morsi’s last speech moment before he was placed under house arrest

J’appelle à voter Benflis

April 16, 2014 Leave a comment

Oui, j’appelle à voter pour Ali Benflis et mon choix est fondé sur un pragmatisme froid et même glacial. Je suis conscient de mon choix, et je ne suis pas naïf, comme certains pourraient le penser, que Benflis est le candidat idéal ou même parfait. Je prends le monde tel qu’il est, et non tel qu’il devrait l’être, et dans ce monde réel, pas imaginaire ou fantasmatique, Benflis est le choix. Je suis également conscient que je ne suis pas d’accord avec lui sur plusieurs questions et plusieurs positions, mais c’est la seule option  que nous avons devant nous en ce moment crucial de l’histoire de l’Algérie.

Il est le seul choix sur la table parce que, soyons honnêtes avec nous-même, nous n’avons pas une opposition capable et intelligente. On n’a pas une opposition formelle ou une opposition informelle. Les islamistes, les modérés comme les conservateurs, sont encore politiquement immatures, et en toute franchise, ils sont des amateurs de la politique. Les soi-disant démocrates ou sociaux-démocrates ne peuvent même pas être en désaccord avec eux-mêmes. Chaque clan de notre opposition pitoyable, enfantine, et honteuse colporte une plate-forme pour le changement. Toutes ces plates-formes — et je les ai lu toutes — se ressemblent. Toutes appellent a l’établissement d’un gouvernement d’union nationale qui comprend toutes les forces politiques vives du pays pour mener une période de transition. Mais ces plate-formes ne valent même pas le papier sur lequel elles sont écrites. C’est un discours rhétorique et démagogique vide. Les plates-formes, aussi nobles qu’elles peuvent l’être, n’ont jamais apporté quelconque changement. Seule l’organisation porte et provoque les changements. Même notre prophète (saaws), qui portait avec lui une plate-forme d’un ordre divin, a agi. Il est allé à la Médine, a organisé ses disciples, a signé des accords avec ses ennemis, et a même compromis avec eux. Qui sommes-nous pour penser que nous sommes plus juste et plus équitable que notre prophète? Donc, que chacun d’entre nous révise sa position et met son égo de côté car il y a des intérêts et des agendas qui sont plus importants que nos petits et misérables calculs politiques.

Notre pays, l’Algérie, est dans une situation désastreuse. Jamais nous avons été dans une position aussi dangereuse que celle-ci. Et je refuse de jouer le jeu du pourrissement. Je suis très conscient des petits calculs politiques que certains dans l’opposition sont en train de faire. Leur argument est que nous laissons la situation pourrir au maximum, et le régime tombera de lui-même. Ce qui est vrai et ça pourrait se passer. Mais ma réponse est que vous avez tort car ceci est un jeu suicidaire dont le prix sera la vie de millions de familles algériennes qui verront leurs finances littéralement effacées et leurs vies et leurs espoirs écrasés et dévastes pendant des décennies.

Je refuse de jouer à ce jeu parce que nous sommes à l’aube de graves déficits budgétaires, d’une dette publique probablement énorme considérant les demandes sociales, une inflation à deux chiffres, un taux de chômage catastrophique, une dette extérieure, et les services de cette dette. Nous sommes à l’aube d’un déclin important de la production nationale de pétrole et du gaz naturel. Nous sommes à l’aube et nous faisons face déjà à une sérieuse augmentation de la consommation domestique de pétrole et de gaz naturel (hausse de 9% par an du gaz naturel). C’est ainsi que par l’an 2025-30, chaque goutte de gaz naturel que nous produirons sera consommée sur le marché domestique, et cela amputera massivement les recettes de l’état (et il faut rappeler que 98% de nos revenus proviennent de l’exportation des hydrocarbures). Nous sommes aussi à l’aube d’un déclin progressif et continuel des prix du pétrole sur le marché international. En cinq ans, notre population augmentera de presque 4 millions, et des centaines de milliers de jeunes Algériens seront sur le marché du travail. Les demandes sociales sont insupportables à traiter et à négocier avec un baril à 120 dollars, et seront pratiquement impossible à gérer avec la baisse des marchés des hydrocarbures et de surcroît la baisse de la production nationale.

Non, je ne joue pas à ce jeu nauséabond du pourrissement parce que quand ce qui reste de notre économie s’effondrera, il y aura que des ruines et le climat social et politique seront si chaotique et si anarchique que tout changement sera difficile à apporter, voir presque impossible à implémenter.

Pour ceux qui appellent au boycott, dois-je vous rappeler que j’étais parmi les premiers à vivement appeler à l’organisation d’un boycotte massif et actif. Allez sur mon blog et lisez ce qui j’ai écrit. J’ai dit (et je me permets de me citer) :

Bâtir et lancer un mouvement pour le boycott est bâtir la structure organisationnelle du changement. Non seulement ce mouvement peut vaincre et battre la narrative du système le jour du scrutin le 17 Avril et coupe à travers le bruit ambiant, mais il peut fournir également l’argument moral et la base organisationnelle sur et par laquelle la bataille pour le changement peut être menée […] Nous devons travailler dur pour que ce mouvement pour le boycott soit une réussite. Nous devons construire l’organisation qui mobilise les électeurs à rester chez eux et à déserter les rues le jour du scrutin. Une sorte de Janvier 1960 bis. Ensuite, nous utilisons le succès du boycott pour pousser l’ordre du jour le plus important qui est le changement.

Où est ce boycott massif et actif? Il est nulle part. Pourquoi? Parce que nous avons une opposition incapable, immature et politiquement stupide. C’est pourquoi je déclare que toute tentative de boycotter le vote du 17 Avril sera un échec cuisant, et ne fera que conduire à la réélection de Bouteflika, et la pérennisation du système qu’il dirige et protège.

Pour ceux qui disent que le vote sera truqué, je dis que s’il y a une participation massive qui accable le système électoral, la fraude électorale diminuerait. S’il y a une grande marge en faveur de Benflis, Bouteflika ne pourrait pas truquer les résultats. Et s’il le fait, il serait plus facile pour le peuple de sortir dans la rue et demander réparation.

En conclusion, je crois qu’il est temps que chacun d’entre nous assume sa responsabilité devant l’histoire et devant ce peuple meurtri. Je ne suis pas un jusqu’au-boutiste et je ne le serai jamais. J’ai aussi horreur de l’idéalisme creux et stupide car il est dangereux et mène toujours vers l’extrémisme politique et le dogmatisme idéologique. Citant Voltaire, je dis “J’aime fort la vérité, mais je n’aime point du tout le martyre.”  Et je rajoute que je suis un partisan farouche du pragmatisme et de ne jamais laisser le parfait être l’ennemi du bien, pour citer encore une fois Voltaire. Donc j’assume ma responsabilité devant dieu dans ces moments très périlleux pour notre pays. Je peux être dans le tort et je peux me tromper comme je peux être correct, seul dieu connait l’avenir. Mais ce que je sais, c’est qu’il y a une petite probabilité que quelque chose de bien pour notre pays pourrait se produire avec l’élection de Benflis. Je prends cette probabilité aussi petite et aussi minuscule qu’elle soit au lieu de s’agripper à une probabilité qui est nulle, ou d’attendre que notre incapable opposition sort sa tête des eaux marécageuses dans lesquelles elle se noie.

Algérie: Le 18 Avril, l’inertie et l’incertitude ou le déblocage

April 12, 2014 1 comment

Peu importe celui qui gagne les élections, le 18 Avril et tous les jours et les mois après cette date constitueront une période et des moments difficiles pour l’Algérie. Peu importe le vainqueur des élections, il sera un président faible et un président très mal élu. Peu importe le vainqueur, il n’aura pas un mandat populaire. Peu importe qui sera président le 18, il devra faire face à une population très hostile, n’aura aucune lune-de-miel, et ne bénéficiera pas de la confiance de la majorité de la population. En fait et pour être clair, quels que soient les résultats des élections, il n’y aura pas de gagnant le 18 Avril.
214741_fr_18avril
Si Bouteflika gagne, le pays sera plongé dans un autre cycle prolongé de protestations et de contestations. Tous ces mouvements ne disparaîtront pas du jour au lendemain juste parce que Bouteflika est réélu pour un autre terme. En fait, le 4e mandat de Bouteflika sera le mandat de tous les dangers pour le pays. Jamais, depuis 1962 l’avenir de l’Algérie a été aussi incertain. Sur le plan économique, la fenêtre d’opportunité pour engager des réformes très significatives, très nécessaires et très difficiles se referme rapidement, et le temps, dont nous n’en avons pas beaucoup, nous échappe furtivement. Socialement, je peux entendre d’ici à des milliers de miles de l’Algérie le déchirement du tissu social. Ethniquement, notre fragmentation ethnique n’a jamais été aussi élevée et aussi aiguë. Tous ces éléments feront l’élaboration des politiques de reformes et leur mise en œuvre extrêmement difficile, si ce n’est impossible.

Par ailleurs, si Bouteflika gagne, les militaires et les services de renseignement devront se mettre rapidement a la tache pour trouver un autre candidat pour remplacer le mourant qui vient d’être élu. Car il faut être honnête, Bouteflika ne survivra pas son 4e mandat, et de nouvelle élections présidentielles seront dans notre proche avenir, donc une nouvelle période d’incertitude, une nouvelle période de tractation, une nouvelle période de tension et de guéguerre et de conflits internes entre les différents clans de l’armée et de la voyoucratie feront parties de notre quotidien encore une fois.

Un 4e mandat de Bouteflika plongera également le pays dans une paralysie totale et bloquera toutes les réformes qui sont vitales et cruciales pour l’avenir du pays car un président mal élu qui ne bénéficie pas de l’appui, du support et de la confiance de son peuple ne peut pas être un président réformateur, mais sera un président qui régnera sur la lente et progressive décadence d’une nation qui est déjà dans un état prononcée d’une rigor mortis.

Un 4e mandat de Bouteflika conduira à une plus grande polarisation sociale, ethnique et politique entre l’élite dirigeante du pays et le peuple. A toutes fins utiles, ce 4e mandat de Bouteflika sera le mandat de trop, la goutte qui fera débordée le vase Algérien, et seul Dieu sait ce qui pourrait arriver par la suite.

Que diriez-vous d’une élection de Benflis? Eh bien, si Benflis est élu, il sera un président minoritaire à coup sûr. Il sera mal élu aussi. Mais il bénéficiera d’un très court laps de confiance et de support populaire. C’est à lui, s’il était élu, de cultiver cette naissante confiance, et de gagner le cœur et l’amé du peuple Algérien.Vous me demandez, comment peut-il le faire? Eh bien, ce sera à lui et à lui seul d’agir. Tous ses actes seront examinés. Tous ses mouvements seront de près surveillés  et analyses par la population. Toutes ses erreurs et faux pas seront aussi exploités par ses ennemis. Si Benflis est élu, il aura très peu d’espace pour manœuvrer, et son avenir ainsi que l’avenir de l’Algérie dépendra de ses premières actions et de ses premières initiatives.

S’il appellerait à un gouvernement d’unité nationale ou un gouvernement des forces vives du pays; s’il prévoirait une période de transition pour rédiger une nouvelle constitution inclusive et véritablement démocratique; s’il étendrait sa main à l’aile laïc ainsi que l’aile islamiste; s‘il regarderait le peuple Algérien dans les yeux et nous dirait Je ne peux vous promettre que du sang, des larmes, et du travail acharné, et rien d’autre,” là, uniquement là, Benflis pourrait réussir. Sinon, je n’ose même pas imaginer le scénario alternatif car seul un soulèvement sanglant et coûteux serait notre salut.

Algérie: Keep Calm & Carry On: Les émotions et le zèle dans le frigo

March 21, 2014 Leave a comment

Billet Publié aussi sur Le Quotidien d’Algerie

Je n’ai pas une boule de cristal pour voir l’avenir de l’Algérie, mais je crois et je pense (et je crois que je ne suis pas le seul) que nous sommes à un moment critique où tout le monde doit se calmer d’un cran. Nous assistons à une évolution grave de la situation, une division probable dans les hautes sphères de l’institution militaire, et une panique évidente de ceux qui ont poussé et sont encore en train de pousser la candidature de Bouteflika. C’est dans ces moments là que nous ne devrions pas ajouter au bruit ambiant et au brouhaha, ou prendre des positions plus radicales ou faire dans gesticulations inutiles, et en dépit de toutes les provocations qui vont venir, nous devons résister a cela.

C’est ma conviction la plus ferme que nous devons: 1) continuer et maintenir la pression; et 2) être prêt à s’asseoir et à faire des compromis. Oui des compromis entre nous et avec le pouvoir. Le mot “compromis” n’est pas un mot sale, grossier, ou une expression de trahison ou de faiblesse. Le compromis pour le bien de tous (the greater good) est le cœur battant de la politique dans une démocratie.  Il ne faut pas laisser la perfection être l’ennemi du bien, ou le compromis être l’ennemi de la solution. Comme disait le Mahatma, “Un œil pour un œil rendra le monde entier aveugle(An eye for an eye will leave everyone blind), et nous ne sommes certainement pas de meilleurs politiciens que Gandhi.

IMG_5661

Comme on sait, une bête acculée, comme le pourrait l’être notre régime agonisant en ces moments,est plus dangereuse parce qu’elle n’a plus rien a perdre. Il ne faut pas donc qu’on arrive à une situation de zero-sum game où la victoire de l’un se fêterait sur les cendres de l’autre et où seuls les radicaux des deux bords récolteraient les fruits du succès.  Consultez l’histoire et vous allez constater que les révolutions radicales ont presque toujours mené à des gouvernements postrévolutionnaires radicaux et un cycle de problèmes de gouvernance chronique. Ergo, Il faut qu’il y ait une porte de sortie pour les dirigeants de notre régime, en quelque sorte honorable même s’ils ne la méritent pas. Bien sûr, le cadre de cette «honorable sortie” reste encore a être déterminé et défini, mais le plus important est que nous soyons prêts à offrir et à accepter cette “porte de sortie”. Sinon ces “jusqu’au-boutistes”, qu’on connaît très bien, s’ils se sentent acculés et coincés, comme une bête blessée, brûleraient la maison et tout ce qu’il y a dedans

Je ne dis pas que nous devrions arrêter. Non. Je dis qu’il faut maintenir la pression, mais être prêt à faire des compromis pour le “greater good.”  Et Il ne s’agit pasde moi et de ma génération, nous sommes déjà de l’histoire. Et Il ne s’agit pas aussi de votre génération, vous êtes, hélas, aussi déjà de l’histoire. Mais il s’agit de la prochaine et celle après la prochaine. Donc, il faut mettre de l’eau dans notre vin, comme on dit, et mettre nos egos, nos émotions, et notre zèle de côté. let cooler heads prevail!

Algérie: La prostituée & les proxénètes

March 17, 2014 1 comment

Il parait qu’il y a une entente, une sorte de paix, un patto di non violenza, un accord entre les proxénètes pour exploiter encore la prostituée nommée Algérie. Il faut dire que cette belle brunette de prostituée a des yeux séduisants, et les hanches bien larges et bien pleines de cash.  Sa renommée est légendaire parmi les connaisseurs de l’industrie du sexe. Depuis presque 50 années que cette fille de joie regarde le chandelier, étudie les petites imperfections de son plafond,  arpente les trottoirs jours et nuits, séduit les michetons totalement désarmés devant ses cahrmes , et amasse l’oseille comme une folle broyeuse. Tellement d’oseille qu’elle est devenue le bien le plus précieux d’un groupe de proxénètes trop gros, trop méchants et vraiment hideux. Et il semble que Boutef est ce fameux micheton de consensus. Il faut dire que Boutef était un micheton connu dans le temps, très viril. Il y a même des légendes sur son compte comme quoi qu’il pouvait aller tout le quinquennat, sans arrêt, sans pause, et sans viagra. Et oui Messieurs, Dames, plusieurs fois de suite !

sex-sex_worker-pimp-prostitute-dinner_guest-working_girl-jcon4777lMais dernièrement, les gros, méchants, et vraiment hideux  proxénètes savent bien que Bouef a vieilli. Il n’est plus le même. Pas de vigueur. Sans coup de hanche s’est affaibli. Il est mou comme un baba au rhum. Il balbutie et bave le pauvre; Il sent le camphre et le vinaigre; il a la tremblote, l’œil qui divague, et il est sourd comme un pot. Il parait même qui ne reconnaît plus personne, même pas sans image dans son miroir antique et poussiéreux. Mais que faire disent les proxénètes ? Que faire ? Leur cheval, leur étalon va crever bientôt et tout le viagra du monde ne le fera pas durer tout un autre quinquennat, pas même sa moitie ou le tier. Ils savent que leur client est cuit. Mais mesquin et sournois comme un proxénète, tu n’en trouveras pas. Ils se sont dits, « il faut tourner notre cheval de bois en un cheval de Troie ». Puisque ce choix est provisoire et temporaire,  on utilisera le temps qu’Aziz nous donnera pour affûter notre solution de rechange, celle que nous avons dans notre poche. Dans l’éventualité de la mort du micheton préféré de la prostituée dénommée Algérie, on remplacera un miché par un autre, et la fille de joie sera de nouveau comblée et continuera a amasser de l’oseille pour nous. Alors, c’est quoi cette solution ? Est-ce la création d’une vice-présidence via un amendement et un referendum constitutionnel qu’on va fourré dans le derrière de notre belle pute?  Ou peut-être une autre élection présidentielle, une danse de séduction pour encore une fois convaincre notre vache- à-cash de continuer ses déhanchements? On ne sait pas encore. Mais la solution, On l’a.

Hélas ! On sait trop bien ce qui se trame dans la tête des proxénètes de la belle Algérie. Une Chose est pourtant très sûr et très certaine est que ces proxénètes vont encore faire durer et perdurer le plaisir d’une période de haute instabilité pour au moins une autre année. Ils s’en foutent de la santé de notre fille de joie parce que comme tous les proxénètes, les maquereaux, et les souteneurs du monde, ils utilisent les asphalteuses, les croqueuses, et les putes comme de vulgaires vache-à-cash. Une fois, la fille de joie est trop vieille, ils lui donnent un bon coup de pied au cul, et allez oust dehors la pétasse!

Algeria: Barakat, a cloud of suspicion. Is the movement truly democratic as it claims to be?

March 8, 2014 2 comments

A movement called Barakat (Enough in English) was born out of the first protests organized against Boutefika’s 4th candidacy. When i first heard of this movement, i was happy, but then went from curious to intrigued to completely dubious about the founding values upon which this movement is built. My criticism might be too harsh, but it is a necessary one for the betterment and the probable evolution of this movement toward real political change in Algeria.

Screen shot 2014-03-07 at 10.12.19 PM

Upon a closer look and some research conducted on the Barakat Movement, (I even had a conversation with a member of this movement who described himself as a “founding member”), I have to say that I have become more worried about the overall ideology and tone of this movement than I initially was. And here, in this piece, I list a few points and questions that Barakat must answer and elucidate for the sake of the movement itself, and the sake of its success.

1796452_568148033280486_1586839905_n

First, let me say that any movement that revives the concept of citizenship and reanimates a moribund and dormant Algerian civil society is agreeable news that must be welcomed by all Algerians, personal ideology and views notwithstanding.

Second, Barakat as a movement is structured in a horizontal way—i.e., it claims that it has no leadership per se, but it has some sort of a collegial direction whose members are so far not known to the public. In the history of successful social movements, having a structural organization and unified and clear leadership that frames the movement’s ideas and narratives in an efficient and specific manner is a serious variable in the success of the movement. To cite only a few examples: the American Civil Rights movement and the Christian Southern Leadership Council (CSLC) whose first president and leader was Dr. Martin Luther King; South Africa’s African National Council (ANC) and Nelson Mandela was one of its leaders; the Women’s Suffrage Movement and National Women Suffrage Association (NWSA) whose leader was Susan B. Anthony, etc. We can keep on listing numerous successful social and political movements like these, and quickly a pattern would emerge: all these movements had solid organizational structures; all these movements had a clear leadership, all these movements had a clear narratives that framed their grievances; and all these movements had enough resources to be able to advance and articulate their grievances, and mobilize  people around them.

On the other hands, unsuccessful or short-lived social and political movements had a very obvious flaw: a lack of an organizational structure and leadership to clearly articulate and frame the movement’s visions and narratives. The most recent example is Occupy Wall Street (OWS). It’s an unorganized leaderless movement that was established on a very powerful, and at that time, popular frame and narrative–i.e., the 2008 financial crisis–which was neither successful in broadcasting its grievances nor was it successful in impacting policymaking or bring about change in the financial structures of Wall Street. The lack of organization and an amorphous and nebulous leadership failed to mobilize tangible and intangible resources, which pretty much led the movement to its downfall. By extension, Barakat’s organization or the lack thereof could very much harm the movement and negatively impact its success.

However, the aforementioned observations, though important, are not the troubling aspects this movement. Barakat seems to echo a disturbing current of thought that was popular in the mid-1990s. This current is called “le courant ou la mouvance des eradicateurs.” (the eradicators or exterminators in English). Briefly stated, this current was (and still is) a proponent of the total physical elimination of all Islamists or the Islamist movement in Algeria. Their conception of Algerian political arena is that there is no room or place on the ideological spectrum for an Islamist party and/or ideology.  It is also important to note that the eradicateurs’ doctrine was established, sponsored, and nurtured by an extreme wing of the Algerian military institution. One of the most famous eradicateurs was the Army General Mohamed Lamari. In the name of the eradicateurs doctrine, several crimes against humanity and egregious human rights violations were not only justified, but also perpetrated in all impunity. This doctrine had also several fervent supporters among the Algerian civil society and political class such as Redha Malek, a former Prime Minister, Mohamed Sifaoui, a famous pamphleteer and blogger, and Mustapha Benfodil, a poet, author and journalist, to cite only a few. These politicians, journalists, and members of civil society supported passively and actively the eradication of an entire political movement and class in Algeria. For the proponents of this doctrine, it is not enough to eradicate Islamic terrorism, which is legally, logically and rationally justified and supported, but this doctrine goes further and steps into the ideological realm and calls for the eradication of Islamism as a political doctrine well anchored into the Algerian society.  More importantly, the eradication of political Islam (or Islamism) is not done through vigorous debates of ideas where Islamism is defeated at the intellectual level and by extension in the political arena. Not only is this approach acceptable, but it is also advisable and should be encouraged. The eradicateurs advocate the simple ban and the exclusion of Islamism from politics in Algeria, and here lies the heart of the problem and the contradiction with fundamental and crucial democratic values.

First, banning an idea has never succeeded or worked. The banning of an idea has always given more credence and more echoes to that idea than it deserves.  Second, if we start by banning or outlawing idea, then we quickly need to start building large concentration camps for all those who subscribe to that idea. This slippery slope is dangerously slick and leads, as history tells us, to inhuman outcomes.

Third and most importantly, the doctrine of the eradicateurs is antithetical to the seeds of democracy. If democracy is as a concept, in many ways, the celebration of freedoms and freethinking, eradicating an idea or banning a whole class of people because they just happen to thinking differently than you and me is not only the negation of that very freedom upon which the house of democracy is built, but it is also a democratic abomination and an anathema. Democracy is built on freedom and freedom produces ideas, doctrines, and factions. We can’t agree with all the ideas or doctrines that are produced because of the freedoms bestowed upon a society through democracy. Some ideas will even be so extreme that they violent our intellectual being. But banning those ideas or doctrines or factions is analogous to banning democracy itself.

Yes I am lecturing Benfodil and Sifaoui and the members of the Barakat movement on democracy because they seem to have forgotten what democracy is; they seem to have a very limited, very narrow, and very primitive understanding of democracy. They seem to have let their emotions and their 1990s traumatic experience cloud their judgment. It is like their thinking has been veiled and tortured by their collective post-traumatic syndrome. We cannot advocate for democracy and at the same time advocate for the elimination of an idea or a faction. James Madison in Federalist No.10 (1787) asks this same question: How can we eliminate a class of ideas or the nefarious factions that push for those ideas and still be faithful democratic values? And his answer is in these few lines that are engorged with the philosophical wisdom of the Enlightenment era:

“By a faction, I understand a number of citizens, whether amounting to a majority or a minority of the whole, who are united and actuated by some common impulse of passion, or of interest, adversed to the rights of other citizens, or to the permanent and aggregate interests of the community.

There are two methods of curing the mischiefs of faction: the one, by removing its causes; the other, by controlling its effects.

There are again two methods of removing the causes of faction: the one, by destroying the liberty which is essential to its existence; the other, by giving to every citizen the same opinions, the same passions, and the same interests.

It could never be more truly said than of the first remedy, that it was worse than the disease. Liberty is to faction what air is to fire, an aliment without which it instantly expires. But it could not be less folly to abolish liberty, which is essential to political life, because it nourishes faction, than it would be to wish the annihilation of air, which is essential to animal life, because it imparts to fire its destructive agency.

The second expedient is as impracticable as the first would be unwise. As long as the reason of man continues fallible, and he is at liberty to exercise it, different opinions will be formed. As long as the connection subsists between his reason and his self-love, his opinions and his passions will have a reciprocal influence on each other; and the former will be objects to which the latter will attach themselves. The diversity in the faculties of men, from which the rights of property originate, is not less an insuperable obstacle to a uniformity of interests. The protection of these faculties is the first object of government. From the protection of different and unequal faculties of acquiring property, the possession of different degrees and kinds of property immediately results; and from the influence of these on the sentiments and views of the respective proprietors, ensues a division of the society into different interests and parties.”

James Madison tells us that the only way to eliminate a faction—a nefarious faction representing the majority or the minority of the citizens—whose interest is antagonistic to the rights of other citizens is by having more factions, not less; it is by building a large republican form of government based on a representative democracy where the freedom of ideas is the currency. For Madison, in a pure democracy (reads, direct democracy), a majority can easily control the minority faction, but the tyranny of the majority can overwhelm the rights of the minority. He tells us in order to neutralize and control the evils of factions, we need to set the foundation of a political system that is based on the protection of the minority and their rights—i.e., an antimajoritarian system. Moreover, in Federalist No. 51, Madison tells us that a republic vested with enough powers to control the governed, and the governed vested with enough powers to check the government is the only way to preserve liberties and freedoms, and guard against tyranny.

This is democracy. It is not the banning of the Islamist doctrine no matter how repulsive that doctrine is to us. And yes, the ultimate test for what a true democrat is (and is not) is when that democrat stands tall and defends the fundamental rights and liberties of his most ardent proponent when his rights and liberties are violated. And so during a conversation I had with Mr. Sidali Kouidri Filali  (find his Facebook page here: https://www.facebook.com/sidali.kouidrifilali) who describes himself as a founding member of Barakat, i asked him a very specific question–a litmus test in sort: Why did you not condemn Ali Belhaj’s violent arrest by the police in front of the Constitutional Council (a transcript of the conversation is available upon request)? And his verbatim answer was:

Mr. Sidali Kouidri Filali: Ali belhadj n’existe pas pour nous, arrestation violente? ce type a eté la cause de 200000 morts,, ce ne sera pas demain notre soutien

Question: j’espere que vous n’allez pas commencer pas avoir une attitude d’exclusion envers d’autre mouvances/courants politiques?

Mr. Sidali Kouidri Filali: On ne defends ni les mêmes causes, ni le meme pays, ni la meme vision, Ali belhadj n’est pas une vision politique, c’est un criminel

Question: Vous carburez a l’émotional!

Mr. Sidali Kouidri Filali: je ne carbure pas a l’émotion monsieur, et je ne suis pas irraisonnable au point de défendre un principe démocratique avec quelqu’un qui veut justement me le supprimer dés qu’il lui permettra le pouvoir, on a pas encore perdu la tête, vous voulez appliquer le principe démocratique avec quelqu’un qui use des armes!! allah yahdik

Mr. Sidali Kouidri Filali very narrow understanding of democracy clearly exhibits authoritarian tendencies. His argument can be summarized as follows: in the name of democracy I need to be undemocratic with someone like Ali Belhaj. But this begs the question: If we are undemocratic with someone like Ali Belhaj, then what democracy is good for? Do we just behave democratically only with likeminded people and then put our Hitler hat on and become tyrants when we are confronted with ideas that violates our core beliefs? Can we sacrifice the rights and freedoms of someone like Ali Belhaj just because he repulses us?  Let me extrapolate a little: What’s the difference between Ali Belhaj and Mr. Sidali Kouidri Filali? Both of them seem to be keen at eliminating each other’s democratic rights, and sacrificing each other’s freedoms if they have power. And if we start thinking this way, that there are deserving people in a democracy whose rights need to be protected and other not so deserving, where do we stop? Should we set a system that every time we don’t agree with someone we just press a button and his democratic rights disappear? What if one day, you don’t agree with me, what guarantees do i have that my rights and freedoms will not be taken away? In fact, Mr. Sidali Kouidri Filali and Ali Belhaj are not that different. Both are exclusionists, and both have forgotten that democracy is very inclusive.

In conclusion, democratic behavior and the belief in democratic principles and ideals are ultimately tested when those ideals and principles are threatened. Only during those moments, when our deep and cherished convictions are put to the test and are challenged that our true democratic self is revealed. The rights and the freedoms of the vilest person in the society are as important as the rights and freedoms of the most valuable person in the society. If we are too quick to dismiss of the rights of a vile person, like Ali Belhaj for instance, we would be too quick to dismiss of the rights and freedoms of another person with whom we just do not agree. And that is the beginning of the end of democracy.

In sum, i am aware that i have leveled harsh criticism and serious charges against the Barakat Movement. It is up to the movement’s leaders to answer these charges, otherwise this movement, in my opinion, is nothing more than Egypt’s Tamarod Mouvement without the Egyptian eloquence and the Saudi funding.

Autopsie de la crise Algérienne: le cœur du problème

March 1, 2014 6 comments

Pour comprendre ce qui se passe en Algérie aujourd’hui, il ne faut pas se concentrer sur le théâtre politique qui entoure la candidature de Bouteflika pour un 4e mandat. Non, il ne s’agit pas de Saadani ou de ses attaques sur Général Toufik ou du frère du président, Saïd. Les observateurs et analystes politiques qui limitent le problème de l’Algérie à seulement une crise liée à des personnalités politiques et militaires et à un président vieillissant qui essaie désespérément de s’accrocher à son siège se méprennent gravement de la nature du problème algérien. Ils se concentrent sur les symptômes au lieu de la pathologie de la maladie. Il faut aller au-delà de cette analyse superficielle et ces théâtralités. En fait, il faut aller à la genèse de l’État algérien post-1962 pour comprendre le cœur du problème et ce qui se passe de nos jours en 2014. En bref, le noyau de la crise algérienne est que le pacte politique qui a donné naissance à l’État algérien n’est plus viable. Ce pacte ou contrat n’est plus en mesure de s’adapter aux différents acteurs et de gérer la concurrence entre eux dans son cadre original tel qu’il avait été conçu et conclu en 1962. En conséquence, les mécanismes structurels et institutionnels du régime sont enrayés. La structure de base de la gouvernance en Algérie est coincée dans un marasme politique, et elle ne peut plus fournir des réponses et des solutions adéquates à la crise politique actuelle à laquelle le pays fait face. La seule solution à cette crise est une refonte complète de la façon dont le pouvoir est conçu, structuré, compris, géré, et exercé. En d’autres termes, il s’agit d’une « re-conceptualisation » de l’état Algérie en tant qu’entité politique. Sans une telle révision, cette crise peut être cosmétiquement et temporairement gérée, mais elle ne serait pas définitivement résolue, et l’Algérie serait confrontée à nouveau au même problème dans un avenir proche.

La genèse de l’État algérien en 1962 a été le résultat d’un pacte faustien et à son cœur était l’armée comme seul acteur. Le pacte originel a exclu le peuple algérien complètement de l’équation. Ce pacte à travers lequel la société algérienne devait être organisée, a été mis en place et investi du droit d’assurer la protection et le bien-être commun et de réglementer les relations entre ses membres et ses groupes. Ce pacte était la création de l’armée par l’armée et pour l’armée. Ce pacte était le résultat de militaires négociant avec d’autres militaires pour établir un état militaire. Dans sa création originelle, l’État algérien basé sur ce pacte n’avait pas besoin du peuple pour tirer ou asseoir sa légitimité parce que sa légitimité était révolutionnaire avec un caractère sacré, d’un ordre presque divin, et qui ne devait pas être remise en cause par le peuple.

La revendication de cette légitimité révolutionnaire (les rebondissements autour de la lutte entre le GPRA et l’ EMG nonobstant), a permis à l’armée de capturer l’état et de se doter d’une façade civile composée d’une bureaucratie, et d’une aile politique composée d’un parti politique unique. Le but était que l’armée détienne les clés de l’État, tandis que la bureaucratie et le parti unique géraient les affaires du pays au jour le jour. Ce qui manquait dans ce pacte initial était le peuple algérien. Et depuis que ce pacte faustien a vu le jour et a donné naissance au premier état d’une  Algérie libre, le peuple a toujours essayé d’obtenir un siège à la table, ou de renégocier ce pacte initial.

Et au fil des années, l’état algérien s’est efforcé d’acquérir tous les attributs et les accoutrements d’un état normal civil au service des algériens, mais sans leurs contributions. Les rôles principaux de la bureaucratie et du parti unique étaient d’interagir avec le peuple algérien afin de protéger les militaires de toute réaction populaire. Cet arrangement a fonctionné en grande partie sans accroc grave principalement grâce aux petits réajustements et aux corrections astucieuses que l’armée a apportés à chaque fois que l’état a rencontré une petite entrave.  De Ben Bella à Boumediene, de Chadli  jusqu’à Bouteflika, le pacte originel a survécu par des réajustements de priorités, par son adaptation à de nouvelles situations et de crises, mais sans jamais fondamentalement changer ses principes, ses structures, et sa doctrine fondatrice.

La seule chose qu’un état doit avoir pour asseoir ou tirer sa légitimité, est le consentement du peuple à travers l’expression de sa volonté. Et si nous sommes d’accord avec cela, nous devons arriver à la conclusion que l’armée est simplement une autre institution de l’exécutif chargée de la défense du pays et doit être dépourvue de toutes autres prérogatives ou rôles. Par conséquent, le militaire ne représente pas l’État, et l’État n’a pas besoin du militaire pour exister. Tout ce qu’un État a besoin est le peuple. Pour paraphraser Abraham Lincoln, un état qui est issu «du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne périra pas de la terre. »  Cela représente une renégociation fondamentale et radicalement complète du pacte social qui a organisé la société algérienne depuis 1962. Cette renégociation du pacte originel devrait donner logiquement lieu à un nouvel état algérien et à une nouvelle république dans laquelle le militaire n’est qu’un appendice.

Oui, nous pouvons nous perdre dans les envolées lyriques autour de Bouteflika et son 4e mandat, et le rôle du général Toufik et sa police secrète, mais la vraie lutte qui sévit et assaille Algérie depuis 1962 tourne autour d’une question relativement simple, celle de la renégociation du pacte d’originel. Par le passé, l’armée était en mesure de traiter de ces questions par le biais de petites corrections de course, par la coercition pure et brutale, ou par la corruption et le clientélisme. Elle a réussi en 1988 à violemment arrêter un soulèvement populaire. Entre 1988 et 1992, l’armée avait accepté une sorte de transition démocratique, qui ne menace pas son emprise sur le pouvoir et n’interroge pas son monopole sur la légitimité de l’état et la légitimité révolutionnaire. Cette expérience n’a pas réussi et l’armée est intervenue violemment encore une fois en 1992  pour mettre un terme à cette expérience en menant une guerre pour préserver son rôle, sa position et sa légitimité. L’arrivée de Bouteflika en 1999 a donné un répit bien nécessaire à l’armée, mais le régime de Bouteflika a établi une chose que l’armée n’attendait peut être pas. Bouteflika a étouffé et contrôlé la vie politique à travers la promotion d’un niveau inégalé de corruption et de clientélisme. Pour toutes fins utiles, Bouteflika a créé une classe de clients fidèles avec de profonds intérêts et liens financiers dont leurs survies dépend uniquement de son maintien au pouvoir. De plus, Bouteflika, pour rester au pouvoir, est devenu avec son entourage un allié vital de l’armée. A la fin de son 3ème mandat, la question que certains militaires de haut rang se posent est : Qui est le prochain ? Y a t-il quelqu’un de confiance pour être le visage civil d’un état militaire? Telles sont les questions fondamentales au cœur du débat et la lutte qui a eu lieu pendant toute l’année dernière. Connaissant la gravité de sa maladie et son handicap, l’armée ne semble pas trop avoir l’envie de parier sur un autre mandat de Bouteflika. Si l’armée parierait sur Bouteflika, sa candidature provoquerait une agitation populaire et une crise éventuelle, le pacte initial qui a donné naissance à l’État algérien serait au centre des débats qui suivraient ce soulèvement hypothétique. L’armée craint que la renégociation du pacte de 1962 l’exclurait et arracherait d’entre ses mains le contrôle de l’État. Donc, à bien des égards, nous sommes toujours en prise avec la même question que nous n’avons pas traitée depuis 1962. La légitimité de l’état algérien devrait t-elle rester sur le consentement et la volonté du peuple? Ou devrait t-elle être dérivée de la légitimité révolutionnaire de l’armée? Si la réponse est du consentement populaire et de la volonté du peuple, le militaire serait exclu, et la notion de la légitimité révolutionnaire entrerait dans le domaine et le récit de la mémoire collective de la nation algérienne, et non pas le droit exclusif ou la propriété privée des militaires. Mais si la réponse est la légitimité révolutionnaire, alors l’état algérien restera un état militaire.

C’est là où Hamrouche a fait une terrible erreur lors de sa conférence de Jeudi quand il a affirmé que l’armée doit avoir un rôle actif pour trouver une solution à cette crise. Hamrouche dit:

« Il n’y a aucune chance d’instaurer un système démocratique sans l’aval de l’armée. Je ne demande pas un coup d’État. Je n’appelle pas l’armée à empêcher Bouteflika de se représenter. Je l’appelle à sauver l’Algérie de l’impasse » (TSA, Jeudi 27 Février).

Ce que Hamrouche dit en fait est qu’on ne doit pas renégocier le pacte faustien originel qui a donné naissance à un État militaire en 1962. Non seulement ce pacte doit rester, mais ce que l’Algérie a besoin est juste une petite correction ou un réajustement du style de 1965. Mais dans sa conception la plus simple et la plus intrinsèque, la démocratie est un état civil par excellence qui repose que sur la légitimité et la volonté du peuple. La démocratie dans sa conception la plus simple, le militaire est complètement exclu de la vie et des décisions politiques. La démocratie dans sa conception la plus simple, c’est le peuple qui délègue la responsabilité de l’entreprise des affaires de la nation à ses représentants qu’il choisit et renouvelle sur une base régulière. Dans cette interaction entre le citoyen et son représentant, il n’y a pas de place ou de rôle pour l’armée. Et donc, si nous voulons trouver une réponse et une solution permanente à la question posée depuis 1962 et qui est au cœur de la crise actuelle, l’armée doit être carrément exclue de toutes solutions. C’est parce que Hamrouche est l’enfant du pacte faustien originel de 1962, il ne peut concevoir un état dont le militaire n’est pas le garant de sa légitimité ni un acteur principal dans sa conception.

En conclusion, une chose est sûre: l’armée en Algérie va essayer de continuer à négocier un plus grand rôle pour elle-même, non pas comme une simple institution, mais comme l’épine dorsale autour de laquelle l’état est construit. L’armée continuera d’essayer de protéger le pacte originel de 1962 pour garantir et assurer son contrôle sur l’État. Mais comment? L’armée algérienne a essayé la coercition auparavant; elle a essayé d’utiliser et de manipuler le terrorisme auparavant; elle a essayé de recruter et de choisir ses propres candidats auparavant; elle a assassiné ses rivaux et elle a même assassiné ou est responsable de l’assassinat d’un de ses présidents. Comment donc le militaire va sortir de cette crise sans perdre son contrôle de l’État? Quelle nouvelle réorganisation de l’état va t’elle inventer? À mon avis, ce régime né en 1962 à travers un pacte faustien est à court de solutions viables et d’imagination. Tôt ou tard, l’armée devra faire face à deux options: 1) donner le contrôle de l’état au peuple pour qu’il puisse forger un autre pacte social sans l’apport ni la présence des militaires ; ou 2) intervenir avec force pour réaffirmer son pouvoir, sa souveraineté et sa légitimité une fois de plus. Il n’y a pas une 3e option pour l’armée algérienne, et il semble que l’état algérien avec toute sa classe politique souffre d’un manque endémique et même « alzheimerien » d’imagination ces mois-ci. Bientôt, on aura notre réponse.

Algérie: Bouteflika, l’impossible candidature. Un probable désistement?!

February 26, 2014 2 comments

On y va, un peu de fiction/spéculation politique…

La façon et la manière avec lesquelles Bouteflika a annoncé sa candidature pour les élections présidentielles du 17 Avril ont soulevé plus de questions au sujet de la condition physique et mentale du président-sortant qu’elles n’ont apporté de réponses. Le peuple Algérien s’attendait et attend encore et toujours d’entendre et de voir le président, de le voir faire campagne, de serrer quelques mains, d’embrasser des bébés, et de faire un ou deux discours au cours d’un ou deux rallies de campagne. Bref de mener une campagne électorale normale même si elle doit être courte et minimale.

Toutefois, en raison de sa maladie et de son état de santé très dégradé,  Bouteflika se retrouve, pour toutes fins utiles, dans l’impossibilité de mener une campagne électorale normale. Il ne peut ni faire des apparitions à la télévision ou dans des meetings de campagne, il ne peut ni faire des discours préparés ou impromptus, et il ne peut se montrer à la nation sans révéler et sans montrer l’étendue et la gravité débilitante de sa condition.  En fait, le président est tellement affaibli et tellement invalide qu’il ne peut même pas répondre ou honorer normalement  le minimum de ses fonctions et prérogatives constitutionnelles.

1661485_607846795962877_1645861298_n

Et c’est ici que ceux qui ont poussé et ont précipité l’annonce de la candidature de Bouteflika ont fait une erreur de calcul grave — ou peut-être, ils ont fait un calcul Machiavélique et un dangereux pacte Faustien.

Maintenant, qu’elle est la sortie de ce gambit clairement précipité?

C’est dans ces quelques lignes du code électoral (voir ci-dessous) que réside la sortie de Bouteflika de la campagne électorale pour les élections présidentielles, et la résolution du gambit que ses gestionnaires ont prévu et planifié.

Code Electoral- Article 141 : Le retrait du candidat n’est ni accepté ni pris en compte après le dépôt des
candidatures.

En cas de décès ou d’empêchement, un nouveau délai est ouvert pour le dépôt d’une nouvelle candidature; ce délai ne peut excéder le mois précédant la date du scrutin ou quinze (15) jours dans le cas visé par l’article 88 de la Constitution.

En cas de décès ou d’empêchement légal d’un candidat après la publication de la liste des candidats au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, la date du scrutin est reportée pour une durée maximale de quinze (15) jours.”

Pour sortir Bouteflika de cette campagne et pour conjurer la vague de mécontentement qui  s’est emparée des médias et réseaux sociaux depuis que Sellal a annoncé il y a trois jours la candidature du président-sortant, l’Article 141 du code électoral offre aux manouvriers machiavéliques du clan présidentiel une manœuvre non seulement patriotique et noble, mais surtout élégante, habile et particulièrement surnoise.

Cette candidature de Bouteflika qui est impossible à honorer, à assumer et à remplir ne va pas aboutir. Elle n’ira pas jusqu’au bout, pas parce qu’un sentiment de magnanimité s’est emparé du clan présidentiel, mais parce que la réalisation de l’impossibilité de cette mission suicidaire est doucement et lentement en train de s’infiltrer dans leur raisonnement.

Donc, après le 3 Mars—date de la fermeture du processus du dépôt des candidatures—le clan présidentiel annoncera que Bouteflika va se désister et va retirer sa candidature en raison de problèmes de santé et que sa condition physique ne lui permet pas de conduire une campagne normale. Et c’est la mort dans l’âme que le président-sortant lira à la télé son désistement et évoquera que son « noble cœur saignant d’un patriotisme invétéré pour son pays et que l’amour qu’il a pour l’Algérie l’ont forcé à arriver à cette conclusion déchirante. » Et du même coup, le président-sortant désignera, nommera et choisira son dauphin, celui qui va remplacer sa candidature. En faisant cela, le clan de Bouteflika fera d’une pierre deux coups : un désistement aux apparences nobles et patriotiques, une sorte d’ultime sacrifice pour la nation dans la tradition de Larbi Ben H’midi (hachakoum);  et la désignation de celui qui le remplacera et qui va veiller à protéger les intérêts du clan de Bouteflika bien après la mort de ce dernier.

Bien sûr, celui qui remplacera Bouteflika héritera de sa machine électorale et sera alors plus que probable le prochain président de l’Algérie.  Cette manœuvre machiavélique a l’avantage de couper court à toutes les manifestations et à tous les mouvements sociaux contre la 4eme candidature de Bouteflika, et à apparemment normaliser  une situation qui ne peut être normalisée par des manœuvres plus que futiles et des mouvements stratégiques plus que diaboliques.

C’est pourquoi le mouvement pour organiser le boycott des élections présidentielles du 17 Avril est plus que jamais nécessaire (voir mes précédents billets sur ce sujet ici et )

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 217 other followers